La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Iles Togian (Indonésie) • 2012, La boîte à vrac, Zoom sur...

EVERTO, notre association pour protéger les îles Togian

14 septembre 2012 Aucun commentaire

EVERTO est le petit nom de Everybody For Togean, l’association qu’on a montée avec les habitants de Katupat, un petit village des îles Togian (ou Togean, au choix) à Sulawesi (Indonésie).

Magnifiques îles Togian (Malenge, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

A l’occasion de la mise en ligne du site EVERTO, je viens vous raconter la genèse du projet, et vous présenter nos actions.

EVERTO, c’est avant tout une rencontre. Celle qu’on a faite avec Saiful, manager de Fadhila Cottages, et les habitants de Katupat, le village d’en face. Après deux séjours sur place, en octobre 2011 et avril 2012, on a eu envie d’être plus que de simples touristes. On l’aime cet archipel, tout comme on aime ses habitants. Alors on a décidé de s’investir.

Un paradis en danger

Les îles Togian sont un petit paradis sur terre, j’en ai témoigné plusieurs fois sur ce blog. Mais il faut voir l’envers du décor : menaces environnementales, chômage massif, conditions de vie précaires (5% des habitant de Katupat ont l’eau courante, 1% l’électricité), accès limité à l’éducation, faible espérance de vie…

En avril, Saiful nous parle de sa volonté de protéger l’environnement des Togian tout en luttant contre le chômage à Katupat, qui touche 90% des habitants.

« Le plastique c’est fantastique » ?

Le plastique envahit la région, comme un peu partout en Asie du sud-est. L’occident a donné à ces pays ce magnifique matériau sans expliquer aux populations que le plastique ne se dégrade pas, comme le fait la feuille de bananier qui leur servait d’emballage jusqu’à il y a une vingtaine d’années. Résultat, on jette par terre et à la mer, et on jette inconsciemment car on ne connaît pas les conséquences. De plus les gouvernements n’ont pas su mettre en place des systèmes de gestion des déchets. A Katupat par exemple, il n’y a pas de système de collecte, de tri ou de recyclage. Imaginez-vous avec votre poubelle pleine : vous en faites quoi s’il n’y a pas de container au bas de votre immeuble, ou au bout de la rue, s’il n’y a pas de déchetterie ?

Déchets plastique sur la plage (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Des étoiles de mer tueuses de corail

De plus, il y a depuis quelques années une recrudescence d’étoiles de mer « couronnes d’épines » (Acanthaster planci) aux îles Togian (mais aussi en Australie, et dans tout le Pacifique). Ces créatures sont très toxiques pour un grand nombre d’organismes, dont l’homme (graves risques d’infection), et en plus, elles tuent le corail. Si leur présence en petit nombre est tout à fait normale, leur multiplication ne l’est pas. Elle est essentiellement due à l’activité humaine, et notamment à la surpêche de leurs deux prédateurs principaux : le poisson Napoléon et un coquillage appelé Charonia. Pour conserver l’équilibre de l’écosystème marin de l’archipel, dont les récifs coralliens sont une composante essentielle, il faut à tout prix freiner la multiplication des couronnes d’épines.

Etoile de mer « couronne d’épines » ou Acanthaster planci (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

D’autres problèmes écologiques se posent aux Togian, notamment la déforestation et la pratique illégale de la pêche à la dynamite et au cyanure. Mais pour commencer, Saiful souhaite prendre en main les problèmes les plus facilement gérables.

Problèmes écologiques + chômage = emploi

L’idée est là : protéger l’environnement peut créer de l’emploi. Il ne reste plus qu’à la concrétiser. On propose alors à Saiful de l’aider. Une réunion avec les habitants de Katupat et voilà le projet lancé. On suggère plusieurs noms pour l’association, parle de l’impact du plastique sur l’environnement, propose quelques idées écolo, parle d’éducation. Les « Katupatiens » nous écoutent attentivement. Ils ont l’air fiers de l’intérêt qu’on leur porte. Je crois que le fait que deux occidentaux se penchent sur leur vie, leurs problèmes et leur tendent la main les touche d’une certaine façon. Et soudain c’est l’émulation. Nous sommes à trois jours du départ, il faut faire vite.

Réunion du groupe de travail EVERTO à Katupat (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Ramasser le plastique et les couronnes d’épines

Ce sont les deux premières actions menées par EVERTO.
Elles sont baptisées « Plastic Tour » et « Bintang Tour ». Bintang, pour les connaisseurs, c’est évidemment le nom de la bière indonésienne, mais ça signifie surtout « étoile », et c’est comme ça qu’on surnomme la couronne d’épines en indonésien.

On organise donc rapidement les deux tournées, pour voir ce que ça donne, et pour ramener des images. Les participants, malgré la pluie battante ce jour-là, se donnent à fond. Ils ont l’air tellement investis et motivés, c’est chouette à voir.

Ramassage de plastique sur la plage nord de Tomken (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Bénévoles EVERTO après la tournée plastique (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)L'équipe EVERTO prête pour la première tournée Bintang (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)A la recherche des couronnes d'épines (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Tournée Bintang sous une pluie diluvienne (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Epo scrute le récif, pince à la main (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Prise d'une couronne d'épines avec une pince en bambou (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Et c’est toujours le cas depuis plus de quatre mois. Chaque semaine, ils partent en vadrouille sur les plages, dans les villages et sous l’eau, pour débarrasser la nature de ces deux fléaux. Tout ça bénévolement bien sûr.

Septembre 2012 : La pêche a été bonne, 185 couronnes d'épines ramassées ce jour-là (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Septembre 2012 : Saiful et une femme du village (Katupat, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Juillet 2012 : tournée Plastique à Katupat avec Céline et Nicolas, deux touristes belges (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

On suit le projet depuis la France, grâce à Dadang Setiawan, le contact de Fadhila Cottages sur le continent (à Ampana), qui nous transmet régulièrement nouvelles et photos prises lors des tournées de ramassage (il n’y a pas Internet à Katupat). Dadang est un peu notre correspondant permanent. Lui aussi fait ça bénévolement, et heureusement qu’il est là pour assurer la liaison.

Saiful et Dadang à Ampana (Sulawesi Centre, Indonésie)

On espère bientôt pouvoir rémunérer nos bénévoles, pour remplir la deuxième mission d’EVERTO : lutter contre le chômage. Grâce aux dons qu’on pourra récolter, sur place et en Europe, cela va être possible.

A moyen et long terme, nous souhaitons éduquer les enfants (et leurs parents) aux problématiques écologiques, développer un système de tri sélectif et de recyclage, faire du compost, améliorer les conditions de vie et d’hygiène. Tout cela pourra être fait grâce aux dons.

EVERTO : deux structures pour une même cause

Saiful et ses amis ont créé une structure associative en Indonésie, et de notre côté, on a monté une association loi 1901 à Paris, avec Manuel et Marion, deux amis qui ont séjourné aux Togian en mai cette année, et qui ont eu le même coup de cœur que nous. EVERTO France se charge de la communication, de la récolte de dons, de la recherche de sponsors, et de tout le soutien (matériel, logistique, humain) qu’on peut apporter depuis la France… En attendant d’y retourner pour travailler sur le terrain (c’est pour très bientôt !).

Les membres officiels d’EVERTO Indonésie : Saiful, Ramlah et Lukman, à Fadhila Cottages (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Les membres officiels d'EVERTO France : Jeff Bourrel, Marion Bazin, Marion Brice et Manuel Coutant (Paris)

Un beau projet, qui a besoin de vous !

Ça fait des années que je me dis : « Je crois que j’ai quelque chose à vivre en Indonésie. » Hé bien il semblerait que ce soit maintenant ! Je suis très fière de participer à ce projet et de partager ainsi plus régulièrement le quotidien de ces Indonésiens qui m’ont tant touchée.

Et comme les petits ruisseaux font les grandes rivières, j’espère sincèrement que l’initiative EVERTO permettra de sauvegarder l’immense beauté et la richesse naturelle des îles Togian. Ce petit paradis du bout du monde mérite d’être protégé, et ses habitants d’être aidés.

Chers lecteurs, si vous êtes là, c’est que vous aimez l’Asie du sud-est, l’Indonésie, Sulawesi, et peut-être même les îles Togian.

Alors pour soutenir ce beau projet, rendez-vous sur www.everto.org/fr : n’hésitez pas à faire un don (mensuel ou ponctuel) et à acheter un collier en coque de noix de coco, fait à la main par les jeunes de Katupat.

Sachez qu’en faisant un don à EVERTO, vous pouvez en déduire 66% de vos impôts l’année suivante. Par exemple, si vous donnez 20€, le don ne vous coûtera réellement que 6,80€. Encourageant non ?!

Un grand merci pour votre soutien de la part de toute l’équipe EVERTO. Terima kasih banyak !

EVERTO


 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.