La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Iles Togian (Indonésie) • 2012

De Bali aux îles Togian : fastoche !

25 juillet 2012 10 commentaires

Récit

On l’a expérimenté l’an dernier : les îles Togian, ça se mérite. Du coup cette année, on s’est arrangés pour alléger le périple.

Le moyen le plus rapide d’accéder aux Togian

On avait entendu parler du Walea Dive Resort, un établissement assez chic situé à la pointe est de l’archipel, sur la grande île de Waleabahi. Les prix pratiqués ne sont évidemment pas dans notre budget habituel, mais on s’est dit qu’on pourrait quand même y passer quelques jours, histoire d’explorer un autre coin des Togian. Mais surtout, on avait repéré leur service de transfert depuis Luwuk : trois heures de minibus pour rejoindre Pagimana, puis grâce à leur speedboat ultra puissant, on atteint les Togian en un peu plus d’une heure : alléchant !

De Bali à Makassar

Depuis Bali, nous prenons un premier vol à destination de Makassar (1h20 de vol), tranquille. L’escale à Makassar est un peu longue (4 heures), mais on commence à se réhabituer tout doucement à l’Indonésie moins touristique. Les Occidentaux sont peu nombreux à l’aéroport, et les locaux nous accostent régulièrement pour nous poser les sempiternelles questions : « Dari mana ? » (« D’où venez-vous ? ») et « Mau ke mana ? (« Vous allez où ? »). Moi, j’aime bien ça. Ça me remet dans le bain direct : bienvenue au pays !

Quatre heures plus tard donc, une tempête tropicale s’abat sur Makassar. Dans la salle d’embarquement, un homme nous interpelle : « Luwuk ? – Oui, c’est nous ! ». Et il nous fait signe de le suivre, l’air carrément pressé. Que se passe-t-il ? La porte d’embarquement a été annoncée il y a seulement dix minutes, on devrait avoir le temps d’embarquer tranquillement. Il nous fait monter dans un bus, nous sommes seuls à bord. Il n’y a vraiment que nous qui allons à Luwuk ? Ou alors on a raté une annonce et tous les passagers nous attendent dans l’avion ? Oups… On roule sur le tarmac, la pluie s’abat violemment sur le toit du bus. A l’arrivée devant l’ATR 72 flambant neuf, la pluie redouble de puissance. Du coup, l’agent d’escale n’ose même pas ouvrir les portes pour nous laisser sortir. Attente. La pluie pleure le long des larges vitres du bus. Il y a une heure, il faisait pourtant grand soleil. Va-t-on pouvoir décoller dans de telles conditions ? Dix minutes plus tard, on sent une légère accalmie. Vite, il faut en profiter. Sur les deux mètres qui séparent le bus de la porte de l’avion, on se fait quand même littéralement tremper !

Après 4 heures d'escale, départ de Makassar sous une tempête tropicale (Sulawesi, Indonésie)

Tout le monde est en effet déjà à bord. Mais de toutes façons, on ne peut pas décoller. Le commandant de bord annonce qu’on va devoir attendre que ça se calme. Ben alors, ça servait à quoi de nous speeder ? Au bout d’une demi-heure, l’orage semble se calmer. Il est 16h40, nous décollons avec 50 minutes de retard, on va donc arriver à Luwuk de nuit.

La tête dans les nuages

En vol, j’adore observer les nuages. Du coup, c’est plus sympa de prendre l’avion quand il vient de pleuvoir.

En moins d'une heure, la tempête a bien trempé les champs voisins (Makassar, Sulawesi Sud, Indonésie)

Le beau temps, c’est chouette aussi, mais il y a quelque chose d’infiniment moins intéressant dans cet invariable bleu monotone. Aujourd’hui, je suis servie. Il y a des nuages partout, de toutes les formes, allant du blanc immaculé au noir menaçant. J’ai toujours cette impression de voler dans un grand champ de coton. Ou de regarder une pub pour adoucissant. Sensation de douceur.

Un beau cumulonimbus entre Makassar et Luwuk (Sulawesi, Indonésie)Juste avant de se poser à Luwuk, on découvre les magnifiques paysages volcaniques de la région : ça me rappelle les superbes collines du Lac Toba, à Sumatra.

Paysage volcanique de Luwuk (Sulawesi Centre, Indonésie)

Une nuit à Luwuk

C’est chez Jérôme que nous passons la nuit. Ce Français installé en Indonésie depuis une quinzaine d’années organise des croisières plongée. Mais il tient aussi le Maleo Cottages, trois petits bungalows dans une grande forêt de cocotiers, à deux pas de la plage. L’accueil est sympa, Jérôme n’est pas en mer en ce moment, on passe donc la soirée à discuter avec lui et des gars qui sont venus l’aider à construire un nouveau bateau de croisière.

Notre losmen à Luwuk : 3 bungalows dans une forêt de cocotier (Sulawesi Centre, Indonésie)Notre bungalow à Maleo Cottages (Luwuk, Sulawesi Centre, Indonésie)Jolie vue depuis le restaurant de Maleo Cottages sur la mer et les îles Banggai (Luwuk, Sulawesi Centre, Indonésie)

Jérôme nous annonce que les bungalows sont assez peu entretenus ; c’est basique en effet. Ventilo, moustiquaire, mandi : l’essentiel. Cela dit ils doivent commencer à dater, car au milieu de la nuit, nous sommes violemment réveillés, avec l’impression d’avoir perdu de la hauteur, et d’être complètement bancales. Un pied du lit a lâché ou quoi ? C’est du côté de Jean-François que ça se passe : il a le visage qui touche presque le sol. Je me sens aussi pas mal en pente. Allumage des feux : le pied du lit va bien, c’est juste le plancher qui a cédé sous notre poids ! Le bois devait être un peu vieux, du coup, le pied du lit a décidé d’aller faire un tour dehors. Pas bien grave, il suffit de relever le lit et de le déplacer, en espérant que les autres lattes tiendront le coup ! Pas d’autre incident, le reste de la nuit est tranquille.

De Luwuk à Walea : dernière ligne droite

On a rendez-vous à 13h30 à l’aéroport de Luwuk, pour le pick-up. L’équipe du Walea Dive Resort vient récupérer des clients qui arrivent de Jakarta. Sauf que le minibus – et l’avion des clients – ont une heure de retard. Pas bien grave, on nous fait de nouveau la conversation devant le terminal. Ben oui parce qu’à Luwuk, c’est encore plus flagrant qu’à Makassar : on est vraiment les deux seuls touristes, le centre de toutes les curiosités.

Attente suffocante à l'aéroport de Luwuk (Sulawesi Centre, Indonésie)

Le minibus finit par arriver, les clients aussi : deux Italiens d’une quarantaine d’années, qui ne parlent pas un mot d’anglais. On a quand même un peu la trouille. Le Walea Resort appartient à des Italiens, nos compagnons de covoiturage sont italiens : et s’il n’y avait que des Italiens là-bas ? Je n’ai rien contre les ritals, c’est juste que j’ai pas trop envie de me retrouver au Club Med de Brindisi (qui n’existe pas d’ailleurs) ! Bon, on verra.

La route, on la connaît déjà. L’an dernier, on l’a empruntée pour aller de Luwuk à Ampana (le port habituel d’embarquement pour les Togian). Sauf que cette année, on n’en fera que la moitié. Et ce n’est pas plus mal, vu son état.

Ça résume assez bien l'état de la route. Résultat, 40 km/h de moyenne (Sulawesi Centre, Indonésie)

C’est dommage d’ailleurs, parce que le paysage est somptueux. On longe la mer presque tout le temps, la route est souvent bordée de cocotiers, il y a encore ces collines qui ressemblent à celles du Lac Toba. Ambiance très volcanique et colorée. Ce n’est pas la pire route que j’ai empruntée, mais c’est vrai qu’en cumulant le côté lacets et montées-descentes de la route de montagne, et l’asphalte défoncé, ça fatigue un peu. Cela dit cette année, on a un minibus pour quatre, et nous sommes assis sur la banquette la plus confortable. Ça passe bien mieux que l’an dernier, où l’on était serrés à trois à l’arrière d’un kijang.

Cascade sur le bord de la route (Sulawesi Centre, Indonésie)Route côtière entre Luwuk et Pagimana (Sulawesi Centre, Indonésie)Presque trois heures plus tard, on arrive à Pagimana. Le minibus nous dépose à l’extérieur de la ville, sur un ponton où notre speedboat est amarré.

Bateau en fibre, équipé de deux moteurs de 200 cm3 chacun, c’est clair, ça change des bateaux à balanciers qu’on prend d’habitude, et de leurs moteurs ridicules en comparaison.

Nous faisons le trajet au coucher du soleil. L’ambiance est magique. On va vite, la mer est presque d’huile, le ciel s’embrase, on trace vers l’inconnu, et a priori cet inconnu-là a peu de risques de nous décevoir, vu le standing…

Sur le speedboat entre Pagimana et Waleabahi (Sulawesi Centre, Indonésie)Sunset sur le speedboat (Sulawesi Centre, Indonésie)

⊕ Infos pratiques


En résumé, environ 30 heures depuis Bali jusqu’aux Togian (dont une nuit à Luwuk) :

  • Départ de Bali le dimanche à 11h, arrivée à Luwuk à 17h25
  • Nuit et matinée à Luwuk
  • Départ de Luwuk à 13h30
  • Arrivée à Walea le lundi en fin de journée

» Vols Bali – Luwuk
Vol Denpasar – Makassar : 1h20 (Lion Air)
Escale à Makassar : 4h
Vol Makassar – Luwuk : 1h35 (Wings Air, opéré par Lion Air)
Prix des deux billets : 1,5 million de Rp (achetés sur le site de Lion Air un mois avant le départ).

» Maleo Cottages (Luwuk)
Bungalow double (mandi, ventilateur) : 200 000 Rp / nuit, petit déjeuner inclus
Dîner (délicieux) : 30 000 Rp / personne
Transfert Maleo Cottages – aéroport de Luwuk : 50 000 Rp
☎ +62 324 070
wallacea@indosat.net.id
www.maleo-cottages.com

» Transfert Luwuk – Walea Dive Resort (îles Togian)
Minibus Luwuk – Pagimana : 2h45 (contre 1h30 annoncées)
Speedboat Pagimana – Walea : 1h15
Prix : inclus dans le prix du package, à consulter sur :
Walea Dive Resort

Carte


 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Il y a 10 commentaires »

  • Corinne dit :

    Hé, hé, un avion sous l’orage, Luwuk, les Togian… Ça me rappelle des souvenirs (2007), tiens… (voir le dernier paragraphe du post) :
    http://petitesbullesdailleurs.fr/2007/07/25/manado-retour-a-la-civilisation/

    J’étais moi aussi la seule touriste au petit matin à l’aéroport de Luwuk, après un périple épique la veille depuis Ampana. Comme j’étais française, on ne cessait de me demander si je connaissais Jérôme. Tous les Indonésiens qui ont taillé une bavette avec moi à l’aéroport m’en ont parlé ! Connu comme le loup blanc, là-bas. Mon avion qui prenait l’eau était pareillement plein d’Italiens… Amusant :D

    • Marion Bazin dit :

      Salut Corinne, je viens de lire ton post sur le retour à Manado : ah oui en effet, carrément la boîte de kleenex dans le cockpit… Rassurant !! Cette année Lion Air (avec des avions Wings Air tout neufs) a ouvert la ligne Makassar – Luwuk, donc maintenant on évite Merpati. L’an dernier on était assis au niveau de l’aile, certaines vis se faisaient la malle… Rassurant aussi :o

      C’est vrai que Jérôme est très connu là-bas, après 15 ans, il y a de quoi ! Tu l’as rencontré ?

  • Thierry dit :

    Salut à vous, voyageuses du bout du monde.

    Nous avons fait Florès cette année et ne pouvions nous arrêter là, nous avons la chance de pouvoir repartir vers Sulawesi en Juillet prochain. Nous cherchons nous aussi le meilleur trajet pour les iles Toggians. Après le pays Toraja, nous revenons à Makassar pour un vol vers Luwuk ou Poso ??. Quelle est la meilleure solution d’après vous. De Luwuk , il y a possibilité de trouver des bateaux rapides ou non sur la cote pour les Toggians, avez vous un prix en tête pour cette traversée et de Poso , c’est le ferry à Ampana ?. Qu’en pensez vous ?
    Merci. Thierry

    • Bonjour Thierry,

      Désolée pour ma réponse très tardive. Comme je l’expliquais à l’instant à un lecteur à qui je viens de répondre aussi tardivement, j’ai toujours un peu de mal à répondre à cette question de l’accès aux Togian, car la réponse prend du temps !

      Je vois que vous partez en juillet donc peut-être que ma réponse vous sera encore utile.

      Pour le trajet depuis le pays Toraja, tout dépend du temps dont vous disposez, et de votre résistance à la route. Si vous n’êtes pas pressé, et n’avez pas peur des kilomètres sur une route peu digne de ce nom, vous pouvez monter sur Ampana. Prévoir toutefois au moins une pause d’une nuit à Tentena, au bord du Lac Poso. Ca permet de couper un peu le trajet et d’après ce que j’en sais, la région est très belle. Sinon vous pouvez en effet redescendre sur Makassar puis prendre un avion pour Poso ou Luwuk, ou carrément Gorontalo au nord.
      Je vous invite à consulter la réponse que je viens d’écrire à une question similaire : elle se trouve sur ce même article, un peu plus bas. Vous aurez déjà pas mal d’infos.

      Pas de speedboat depuis Luwuk vers les Togian (à part le fameux speedboat – au départ de Pagimana – affrêté par Walea Dive Resort dont je parle dans mon article, et où je vous déconseille de séjourner).
      Il y a néanmoins possibilité de prendre un « charter-boat », mais pas rapide, au départ de Bunta (à 2h d’Ampana en venant de Luwuk). Ces bateaux sont spécialement affrêtés en fonction de la demande, donc il faut réserver. Si vous êtes intéressé je peux vous communiquer un contact. Il me semble que la traversée prend environ 3h.

      Après lecture de ma réponse faite à l’autre commentaire (au nom de Peyo), n’hésitez pas à revenir vers moi si vous avez d’autres questions.
      Cordialement,
      Marion

  • Peyo dit :

    Bonjour à vous deux !!

    Alors déjà laissez moi vous dire que les voyages que vous avez fait aux iles togian me fascinent !
    Et je suis d’autant plus intéressé que j’y vais l’année prochaine pour un voyage de 2mois et demie afin de clôturer nos études. Les grandes lignes de ce voyage sont :
    Mi octobre on (ma chérie et moi) arrive à Bali et on y reste en gros une bonne semaine avant d’aller aux iles togian (Au total on doit rester en indo un peu plus de 3 semaines).
    Apres les togian direction le Cambodge puis on remonte jusqu’au Laos et on redescend la Thaïlande pour finir avec une semaine à Ko Tao.

    Bon c’est très résumé mais dans les grandes lignes ça ressemble à ça :)

    Mon principal problème réside dans les transports en indo et principalement entre bali et les togian.
    Je vois que vous avez réservé un hôtel assez cher pour avoir le transfert rapide mais cet endroit est hors budget pour nous et franchement vu la façon dont ils traitent leurs employés je ne souhaite pas y résider.
    Au final on aimerait bien aller soit au Bolilanga, soit au fadhila ou au Lestari cottages (qui a l’air juste fou!) mais comme vous avez déjà été dans cette région j’aimerais votre ressenti…

    A votre avis quel est le meilleur moyen de rejoindre ces iles depuis Bali ? Ou réserver les billets ? un ordre d’idée des prix ? Pour réserver est-ce possible depuis Ubud (on pense y aller directement après l’atterrissage…) ?
    Un endroit que vous recommandez particulièrement dans cette région ?

    Je vous remercie par avance pour vos conseils et vous souhaite un excellent réveillon !!

    Cordialement,

    Peyo !
    peyo.suraud@gmail.com

    • Bonjour Peyo, et mille excuses pour ma réponse plus que tardive. Au moment où j’ai reçu ton commentaire je voulais justement écrire un nouvel article sur l’accès aux Togian. Un texte plus complet qui donne toutes les options. C’est pour ça que je ne t’ai pas répondu tout de suite. Malheureusement, les mois ont passé et je n’ai pas eu le temps d’écrire ce fameux article.

      Je vois que votre voyage est prévu pour octobre, donc j’imagine que ma réponse peut encore te servir.

      Contente de lire que nos voyages aux Togian te fascinent ! J’espère que ce sera tout aussi fascinant pour toi et ton amie.
      En effet ce n’est pas la peine de passer par le resort très cher. De Bali, il faut prendre un vol vers l’une des destinations suivantes : Poso, Luwuk ou Gorontalo. Ces 3 vols passent pas Makassar, au sud de Sulawesi (ville également appelée Ujung Pandang, notamment chez Lion Air). Le plus simple est de réserver sur Lion Air, car c’est la seule compagnie qui dessert bien la région et qui propose un paiement en ligne par carte bancaire (les autres compagnies n’acceptent que les CB indonésiennes). A moins de réserver vos billets depuis Bali (Ubud comme tu dis, pourquoi pas), auquel cas tu peux aller dans une agence de voyage sur place et payer en liquide. Il faut savoir quand même que les prix grimpent quand on se rapproche de la date du vol, évidemment.

      De Poso et Luwuk, il y a encore de la route à faire (respectivement 4-5h depuis Poso et 6-7h depuis Luwuk en voiture) avant d’arriver à Ampana, port d’embarquement pour les Togian. Attention les bateaux ne partent pas tous les jours. Le tableau des horaires, qui est dans l’onglet « Infos pratiques » de certains de mes articles sur les Togian (notamment celui-ci : http://www.laboiteavoyage.fr/2012/10/02/fadhila-cottages-iles-togian-deuxieme-sejour-au-paradis/), n’est plus à jour car les horaires ont changé en juin 2013. Je t’enverrai bientôt par mail un nouveau tableau.
      Ensuite depuis Ampana (départ entre 9 et 10h du matin), il faut compter 4h de bateau jusqu’à Wakai, puis 1 à 2h d’escale à Wakai car ils déchargent souvent pas mal de marchandises. De Wakai à Fadhila ou Bolilanga (à côté du village de Katupat), c’est encore 1h de trajet sur le gros bateau, puis à peine 5 mn de petit bateau (les 2 resorts sont vraiment tout près de Katupat). Et pour Lestari Cottages, encore 1h de bateau de Katupat jusqu’à Malenge, puis environ 20 mn sur un plus petit bateau pour rejoindre le resort.

      Sinon depuis Gorontalo, pas de route à faire, mais il faut prendre le ferry de nuit (12h de traversée), qui passe 2 fois par semaine (mardi et vendredi après-midi). Le ferry te dépose à Wakai, et là il faut prendre un « charter boat » jusqu’au resort de ton choix.

      Puisque tu me demandes mon ressenti, ma préférence va évidemment à Fadhila Cottages, puisque c’est là que j’ai beaucoup séjourné et monté notre association EVERTO (http://www.everto.org/fr). Bolilanga est chouette aussi, mais j’aime moins au niveau de l’ambiance. Quant au Lestari Cottages, l’endroit est effectivement magnifique, le patron l’est moins. Il a décidé d’arrêter de sourire depuis qu’il gagne de l’argent avec son resort. Le service n’est donc pas du tout à la hauteur, et l’accueil indonésien traditionnellement si chaleureux n’est pas au rendez-vous. Il matte les filles sous la douche (il y a des interstices entre les planches des murs des salles de bain), et il drague pas mal les filles aussi, enfin surtout quand elles sont seules (même quelques minutes !).

      Quand tu demandes un endroit que je recommande particulièrement dans cette région, tu parles d’Ubud ou de Sulawesi ? Car ta question vient tout juste après Ubud.

      Attention un peu plus de 3 semaines pour Bali et Sulawesi, c’est un peu court, tout dépend de ce que tu veux faire à Sulawesi.

      Voilà déjà un brief qui te permettra de t’organiser un peu. N’hésite pas si tu as d’autres questions.
      Marion

  • thierry dit :

    Bonjour,

    Je te remercie de ta réponse , nous partons très prochainement pour sulawesi , tout début Juillet. nous avons finalement trouvé un bateau à Bunta. Nous sommes 9 et avons loué un Speedboat qui nous emmène à Kadidiri. Le tarif est correct d’autant plus qu’on économise une nuit à Ampana.
    Après lecture des forums divers et variés sur les Togians, je vais sans doute te décevoir, mais il apparait que Fadhila cottages n’est pas si bien coté que cela…?! Nous avons finalement choisi Lestari cottage à Malengué, que toi, tu déconseilles, nous voila prévenus.
    On verra sur place , c’est toujours difficile d’apporter un jugement objectif,, çà dépend du moment , des humeurs , de l’ambiance, de ce que l’on recherche, de ce que l’on imagine…!
    J’apporterai à mon tour au retour mes impressions.
    Bye

    • Bonjour Thierry,

      Super si tu as trouvé un speedboat de Bunta ! En effet si vous êtes 9, ça ne doit pas revenir trop cher. Si ça peut aider d’autres lecteurs, peux-tu nous donner le contact auprès de qui tu as réservé ?
      C’est vrai que l’appréciation d’un lieu dépend de tellement de choses et qu’il est difficile d’être objectif. Moi j’ai mon vécu à Fadhila Cottages, d’autres ont le leur. Cela dit j’ai passé beaucoup de temps au Togian depuis qu’on a créé l’association (et pas eu le temps de mettre à jour mon blog), et chaque fois le retour qu’on me fait sur Lestari Malenge est le même : Rudi (le proprio) a oublié de sourire et ne pense qu’à l’argent. Je l’ai rencontré personnellement concernant l’association, et je confirme son attitude.
      J’espère quand même que tu ne seras pas déçu ; si vous êtes tout un groupe, vous allez créer l’ambiance à vous tout seuls !!
      Bon voyage et au plaisir de lire tes impressions à ton retour :)

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.