La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Sulawesi le retour (Indonésie) • 2011

Togian Islands ou la vie rêvée des anges

16 février 2012 11 commentaires

Récit


Retour sur notre dernier voyage à Sulawesi. Nous sommes le 12 octobre 2011 et nous débarquons aux Togian, un chapelet d’îles isolées situé dans la province de Sulawesi Centre. Difficile de mettre des mots sur les moments extraordinaires vécus là-bas… Je me lance donc avec une photo qui résume assez bien mon sentiment sur les Togian.

Arrivée à Hotel California, une petite cabane sur pilotis perdue au milieu de la mer et servant de refuge aux pêcheurs (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Ce n’est certes pas la première fois que j’ai l’impression de toucher le bout du monde, mais ici, il y a quelque chose en plus. Un anachronisme encore plus frappant que d’habitude. J’hésite entre « pince-moi, je rêve » et « on est arrivés au paradis, on n’est pourtant pas morts ! ». Difficile de décrire cette sensation d’ultime éloignement et de liberté. Cette cahute en bambou baptisée « Hotel California », sur laquelle nous avons fait une pause entre deux plongées, est perchée sur pilotis au milieu de la mer. Elle sert d’abri aux pêcheurs. Parfois ils y passent la nuit, à même le sol, font griller leur poisson sur les pierres du « coin cuisine », ou se reposent quelques heures avant de repartir en mer. Une cabane isolée, modeste, authentique, aux structures branlantes, et pourtant tellement belle dans le paisible bleu turquoise qui l’entoure.

On ne se lasse pas de cette cabane perchée sur pilotis au milieu de la mer (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Intérieur Hotel California (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Les Eagles version 2011 à Hotel California (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

En regardant ces photos, les sentiments éprouvés ce jour-là remontent, intacts : sérénité, calme, extase. Égoïsme aussi : toute cette beauté rien que pour nous ! Il y a un je-ne-sais-quoi de noble dans ce cabanon bancal : le côté refuge sans doute, qui protège dans la simplicité, comme le gîte et le couvert qu’on offre au voyageur égaré. Et ça me rappelle cette sagesse que j’apprécie tant dans les villages reculés d’Asie du sud-est. Celle qu’on a un peu perdue en Occident et que j’ai plaisir à retrouver en Indonésie. L’hospitalité toute naturelle, la curiosité des locaux envers les étrangers, la simplicité, la bonté, la générosité, le sourire franc. Bref, une grande dose d’humanité à l’état pur. C’est un peu tout ça les îles Togian.

Le temps s’est arrêté

Nous avons prévu de passer dix jours dans l’archipel, en changeant d’île au moins une fois. Mais l’île de Tomken, sur laquelle on échoue en premier, aura raison de nous. Pour la première fois nous restons deux semaines au même endroit, sans penser à la date du départ, en regardant les jours s’écouler au rythme des marées, des bateaux qui passent, des quelques touristes qui vont et viennent.

Le ponton de Fadhila (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

On pensait faire escale cinq jours sur Tomken, et se poser ensuite sur Malenge ou Kadidiri, deux autres îles de l’archipel. Mais au bout du compte, on ne trouve aucune raison valable de quitter les lieux. Alors voilà, c’est décidé, exit Malenge ou Kadidiri, exit aussi le Lac Poso, où l’on devait se rendre avant de remonter sur Luwuk pour s’envoler vers le nord. On va rester ici, car on s’y sent chez nous, et on rejoindra le nord de Sulawesi par voie maritime, en ferry.

La décision n’est pas très difficile à prendre d’ailleurs : Fadhila Cottages, l’établissement qui nous héberge, a tout de la carte postale exotique : la plage et le banc de sable blanc, le ponton solitaire qui s’étend sur l’eau comme dans une vieille pub pour Fahrenheit, les cocotiers, les bungalows en bois et les hamacs. Ajoutez à cela le sourire du personnel et la délicieuse cuisine : pourquoi irait-on voir ailleurs ?

Le joli ponton de Fadhila ! (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Le jardin verdoyant de Fadhila (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Le joli banc de sable de Fadhila Cottages (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Notre petite plage à Fadhila Cottages et en face, le village de Katupat (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Notre bungalow au Fadhila Cottages (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Fadhila ou la vie de famille

Il règne une ambiance très bon enfant ici. L’établissement est tenu par une famille adorable, celle de Jafar, le propriétaire. Lui ne travaille plus ici, mais il a confié Fadhila à son frère Saiful, et revient une à deux fois par mois seulement. Nous avons eu la chance de le rencontrer. Un homme adorable, qui nous raconte l’histoire de sa vie avec beaucoup d’humilité (voir l’article Le fabuleux destin de Jafar).

La cuisine est gérée par l’équipe des femmes, qui se relaient selon les moments de la journée. On n’a jamais aussi bien mangé en Indonésie qu’à Tomken. Évidemment le poisson, le riz et les légumes sont la base de tous les repas, mais les épices varient très souvent, donnant des saveurs exquises à certains plats. Et puis à Fadhila, on peut même manger du pain maison, et de la pizza à la mode indonésienne, faite avec la pâte à pain. Délicieux ! Les repas sont copieux et vue la durée de notre séjour, Saiful demande aux cuisinières de varier un peu plus les plaisirs pour ne pas qu’on se lasse !

Les femmes de Fadhila Cottages (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Délicieux repas à Fadhila, avec une majorité de Français. De gauche à droite : Lucile, Eric, Silvia et Yuri (Suisses Allemands), Jean-François, Leslie et Raphaël (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Quant aux hommes et aux garçons, ils s’occupent du reste. Le vieux Nahar, sur ses frêles gambettes, balaie la plage tous les matins, du lever du soleil à midi, tandis que Fais, Mansur, Ino et Upil passent derrière lui pour mettre les tas de déchets dans des sacs poubelles. Adi gère la réception, le ménage dans les chambres et le bar. Mansur et Arman pilotent le bateau qui nous emmène en plongée.

Une partie du staff très attentionné de Fadhila (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Adi, le super réceptionniste de Fadhila (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Mansur et Arman, les deux boatman sur toutes nos plongées (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Upil gère le matériel de plongée et nous guide parfois sous l’eau. Saiful s’occupe des plongées et de la gestion globale de Fadhila. Et tous se relaient dans différentes tâches : aller chercher les touristes à Katupat, faire les courses, servir les repas avec les femmes, entretenir le lieu, s’occuper du bateau. Ino, Mansur et Fais sont les seuls à dormir sur l’île, ils doivent donc veiller chaque soir, jusqu’à ce que tous les clients soient couchés, pour couper le groupe électrogène.

Saiful et Upil au sunset (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Fais (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Upil, responsable du matériel au divecenter, est aussi le coiffeur de Fadhila (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Et bien sûr, ils participent tous à la relation avec les clients. Prévenants, souriants, drôles, ils se donnent du mal pour nous traiter aux petits oignons. Ils s’accordent des moments de détente et travaillent à un rythme qu’on pourrait qualifier de nonchalant. Mais on n’est pas en Europe ici, et la terre ne s’arrêtera pas de tourner si l’un des employés fait la sieste. Ils vivent au rythme qui est le leur, celui qu’on vient chercher en voyage car il manque cruellement chez nous. Soulignons quand même qu’ils travaillent 7 jours sur 7, alors les petites siestes, parties de ping-pong et d’échecs, ou les moments de glandouille en général sont bien mérités.

C’est en partie grâce à eux que nous avons eu envie de rester si longtemps. Au bout de quelques jours, on a l’impression de faire déjà partie des meubles. Tout le monde connaît nos prénoms, on vient nous faire la causette sur la terrasse du bungalow, moitié en anglais, moitié en indonésien. On redouble de bonnes intentions à notre égard. Vers la fin du séjour, Adi, le réceptionniste, m’avouera : « J’ai su que vous étiez des gens bien dès le premier jour, et je ne me suis pas trompé. » Merci Adi, sentiment plus que partagé !

Le petit tableau familial de Fadhila ne serait pas complet si je ne citais pas nos deux stars à poils : Maik (prononcez « Mike ») et Bomber, les deux chiens qui, eux aussi, nous ont adoptés si facilement. Pendant deux ou trois jours, nous sommes les seuls clients à Fadhila. Je crois que c’est à ce moment-là que Maik et Bomber élisent domicile sur notre terrasse la nuit. Chiens de garde ou fidèles compagnons ? Peu importe, ça nous fait chaud au cœur, on adore ces toutous au pelage roux !

Maïk fait le guet pendant que Jean-François se rase (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Bomber, le deuxième chien de Fadhila. Il tient son nom du bombardier américain coulé aux Togian pendant la 2ème guerre mondiale (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

La vie est un long fleuve tranquille

Mais qu’est-ce qu’on a bien pu faire pendant 15 jours aux Togian ? C’est simple, on s’est laissés aller. Farniente était le mot d’ordre, pour récupérer d’une année difficile. Évidemment on a beaucoup plongé, mais pas tous les jours, histoire de ne pas se coller trop de contraintes. Oisiveté, paresse, fainéantise… Hmmm, que de synonymes exquis ! Séances hamac à toute heure, lecture, beaucoup de lecture, siestes, soirées calmes et tranquilles lorsque nous sommes les deux seuls clients à bord.

Jean-François à la cool dans le hamac de notre bungalow (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Seuls clients à Fadhila pendant quelques jours (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Et puis des heures à observer : la nature, la vie qui s’écoule lentement. Et penser aussi, laisser vagabonder son esprit, au rythme du clapotis de l’eau. S’amuser avec les chiens, faire une partie de dames, jouer aux cartes, se poser tous les soirs sur le ponton et admirer le coucher du soleil qui embrase le ciel.

Sunset depuis le ponton de Fadhila (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

C’est vrai qu’on n’est pas vraiment du genre à speeder en voyage, mais c’est une première pour nous de s’attarder à ce point-là. Quel bonheur de laisser le temps passer, de lâcher prise complètement, d’être retiré dans un endroit aussi beau. A Tomken, comme partout aux Togian, pas d’Internet, pas de téléphone portable, ni même de ligne fixe ! C’est l’isolement complet, la coupure radicale avec le monde : de VRAIES vacances !

Jean-François savoure la vie coupée du monde (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Mais attention isolement ne signifie pas retraite silencieuse. On a aussi beaucoup parlé. D’abord avec le personnel, ce qui m’a permis de faire des progrès considérables en indonésien : échange de bons procédés, cours d’anglais contre cours d’indonésien, ça marche pas mal ! On a aussi tchatché avec les autres touristes : ah les fameux échanges d’expériences ! D’ailleurs il y a beaucoup de Français à Fadhila. Pas au moment de notre arrivée, mais un peu plus tard, les Frenchies ont commencé à débarquer les uns après les autres. On n’est pas toujours super fans des regroupements compatriotes, mais franchement on a formé une belle équipe tous ensemble. Je crois que l’affluence des Français est liée au site de Frédéric, réalisé après son séjour en 2006 pour faire de la pub à Fadhila. Il le met à jour régulièrement avec les infos que lui envoient les voyageurs. En tout cas, les gens de Fadhila adorent les Français !

Dur dur le départ…

L’avant-veille du départ, le staff prépare un grand feu de joie sur la plage. Je le vois comme une chouette célébration des instants vécus ensemble. Tout le monde est là réuni sur le banc de sable, à regarder le feu qui s’élève vers le ciel par un soir de grand vent : un bel hommage de chaleur et de lumière.

Feu de joie sur la plage pour célébrer notre départ (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Dans le vent avec Fais (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Le groupe de Fadhila au (presque) complet (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Photo de groupe pour notre dernière soirée à Fadhila (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Je garde un souvenir émerveillé de ces deux semaines passées sur notre banc de sable. Des paysages somptueux, des moments de grande détente, mais ce qui me reste avant tout, ce sont les belles rencontres. Nous quittons Tomken le cœur serré, après quelques sincères accolades. Je crois qu’il est aussi difficile de quitter les Togian qu’il est compliqué d’y accéder ! Là sur le beau ponton, à 6h du matin, tout notre petit monde est réuni pour nous dire au revoir, la larme à l’œil. Quant à moi, assise sur le toit du bateau avec Jean-François, je regarde s’éloigner le joli banc de sable, le regard un peu brouillé…

Debout à 5h du matin pour quitter les Togian. On en profite pour admirer le lever de soleil (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Bye bye les Togian (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)Triste départ (Tomken, îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Et je repense à Saiful, notre guide de plongée, qui « jouait de la guitare » à Hotel California en fredonnant la chanson des Eagles. Me reviennent à l’esprit les dernières paroles : « You can check out any time you like, but you can never leave… ».

Saiful, notre guide de plongée, fredonne la chanson des Eagles (îles Togian, Sulawesi Centre, Indonésie)

Bientôt de nouveaux articles sur la plongée et les activités aux Togian…

⊕ Infos pratiques


» Fadhila Cottages
Bungalow en pension complète : de 150 000 à 250 000 Rp / personne / jour
Salle de douche privée, terrasse, hamac
Pour réserver, contacter Dadang Setiawan (le correspondant de Fadhila Cottages, à Ampana)
☎ +62 852 4100 3685 (portable)
fadhilacottage@gmail.com
fadhilacottages.free.fr

» Bateau public Ampana – Katupat
Trajet : 5h30 (dont 1h d’escale à Wakai)
Prix : 45 000 Rp / personne
Tous les jours à 10h sauf le vendredi
Attention selon les jours, certains bateaux ne vont pas jusqu’à Katupat ; ils s’arrêtent à Wakai, il faut ensuite prendre un bateau charter pour atteindre Fadhila Cottages (prix à négocier)

» Horaires des bateaux et ferrys vers / depuis les îles Togian (2011 & 2012)

JourCompagnieTrajetDépartArrivée
LundiKM Puspita SariAmpana - Katupat10h16h
MardiKM Lumba LumbaAmpana - Wakai10h15h
Wakai - Katupat15h3016h30
Katupat - Malenge16h18h
KM Tuna TominiGorontalo - Wakai20h8h
MercrediKM Puspita SariAmpana - Wakai - Katupat - Malenge10h16h
JeudiKM Puspita SariKatupat - Wakai - Ampana7h15h
KM Tuna TominiAmpana - Wakai - Gorontalo10h6h
VendrediKM Tuna TominiGorontalo - Wakai20h8h
SamediKM Tuna TominiWakai - Ampana10h17h
KM Lumba LumbaAmpana - Wakai - Katupat - Malenge10h18h
KM Puspita SariAmpana - Wakai - Katupat - Malenge10h18h
DimancheKM Tuna TominiAmpana - Wakai10h16h
Wakai - Gorontalo16h6h
KM Lumba LumbaKatupat - Ampana7h15h
KM Puspita SariKatupat - Ampana7h15h

Cartes

L’archipel des Togian : îles, villages et sites

Cliquez sur la carte pour l’agrandir.

Archipel des Togian : îles, villages et sites (Sulawesi Centre, Indonésie)

Localisation des îles Togian


 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Il y a 11 commentaires »

  • elizabeth dit :

    Bonjour et merci pour ce fabuleux récit qui fait rêver.

    Nous voulons partir pour le iles Togians fin Août et hésitions sur le choix de l’île et donc du logement, vos photos nous ont insité à réserver au Fadhila cottage.

    On souhaitait faire de la plongée, mais nous sommes débutant et n’avons pas de matériel. A priori il n’y a pas de divemaster et le matériel n’est pas très récent, nous n’avons évidemment pas envie de prendre de risque. Que nous conseilleriez vous? Plonger ou juste faire du Snorkeling?

    Merci,

    Elizabeth

    • Marion Bazin dit :

      Bonjour Elizabeth,

      De rien !

      En effet il n’y a pas de divemaster mais un « diveguide », qui vous emmène sur les sites et vous guide sous l’eau. En octobre, il y avait une débutante et elle a plongé avec nous, sans aucun problème. Saiful (le manager de Fadhila et diveguide) est très sérieux, même s’il n’a pas la licence divemaster.

      Concernant le matériel, même s’il n’est pas du dernier cri, je pense qu’il n’y a pas de risque majeur. Après c’est sûr que si vous n’êtes pas en confiance, il ne faut pas vous forcer. La confiance est essentielle en plongée.

      Vous pouvez peut-être faire une plongée de test avec Saiful, pour voir si vous vous sentez à l’aise. Et si ce n’est pas le cas, faire du snorkeling (mais c’est dommage !).

      Dans tous les cas ça vaut quand même vraiment le coup de loger à Fadhila. L’expérience est toujours plus authentique lorsqu’on réside chez des locaux. Après c’est sûr, il a y a les dive resorts tenus par des occidentaux, mais à mon avis c’est un peu différent au niveau de l’ambiance. Mon coup de coeur pour Fadhila et son personnel est tellement fort qu’il m’est difficile d’être objective, désolée !

      J’y suis retournée en avril et mon sentiment n’a fait que se confirmer : un endroit et des gens vraiment exceptionnels. On a d’ailleurs monté une association avec eux, pour la protection de l’environnement et la création d’emploi dans l’archipel. Un beau projet, qui me tient très à coeur et qui me lie encore plus à eux. Si vous allez à Fadhila, vous pourrez d’ailleurs y participer :o

      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions ou besoin de précisions.
      Bon voyage !

  • elizabeth dit :

    Merci pour votre réponse!
    C’est décidé on part au Fadhila.

    Merci beaucoup :-)

    • Marion Bazin dit :

      Super ! Je suis ravie de lire ça !!!!

      Si vous voulez plus d’infos sur notre association (EVERTO), vous pouvez consulter notre page Facebook :
      http://www.facebook.com/EverybodyForTogean

      Je suis en train de monter un site web, mais ça me prend pas mal de temps donc il ne sera pas en ligne avant quelques semaines.

      De toutes façons sur place, vous en entendrez forcément parler !

      Je vous souhaite un très beau voyage, et n’hésitez pas à venir me le raconter à votre retour :o

    • RENEE-ZOE dit :

      Elizabeth, je rentre des Iles Togean absolument ravie et surtout avec une bonne dose de chaleur humaine (qui ne me manquait pas) qu’on trouve chez Fadhila and Co, en face à Katupat et dans tout l’archipel ! un vrai régal aussi dans les assiettes !
      Pour mon compte je n’ai fait que « masque-palmes-et-tuba » et je me suis régalée !
      Vous ne serez pas déçue !!! bon voyage et bonjour à Saiful et à tout le personnel de la part de Zoé ! (c’est moi aussi …)sans oublier aussi Dadang que vous rencontrerez surement à Ampana !

  • Marion Bazin dit :

    Renée-Zoé,

    Merci pour ton très chouette témoignage !

    Depuis cet échange avec Elizabeth, on s’est envoyé plusieurs mails et elle a définitivement choisi Fadhila !
    J’espère qu’elle aura autant de plaisir que toi (et que moi) à découvrir les Togian et Saiful & Co !

    A bientôt en Haute-Savoie ou à Paris, et encore merci pour ta participation aux activités de notre ONG :o

  • Irène dit :

    Merci Marion pour ce merveilleux récit.Nous partons en indonesie 3 semaines en Février.Bien que la météo ne soit pas clémente à cette époque,sais-tu si Fadhila cottages ouvre ses portes et si les liaisons maritimes se font au même rythme.Concernant la plongée,sais-tu si la visibilité n’est pas trop mauvaise.
    Aprés ton témoignage j’aimerai profiter au mieux de cette île paradisiaque et faire la connaissance de tous ces gens débordant de gentillesse.
    J’attends avec impatience ta réponse.
    Irène

    • Marion Bazin dit :

      Bonjour Irène,

      Merci pour ton commentaire :o

      Fadhila Cottages est ouvert toute l’année donc pas de souci. Côté liaisons maritimes et visibilité en plongée, je vais me renseigner et je reviens vers toi dès que j’ai la réponse.

      Je suis contente que mon récit t’ait donné l’envie d’aller découvrir ce merveilleux coin !

      A très bientôt,
      Marion

      • Marion Bazin dit :

        Bonjour Irène,

        J’ai eu les réponses à tes questions : les liaisons maritimes sont les mêmes toute l’année.
        Pour la visibilité en plongée, il faut savoir que même en saison des pluies, il ne pleut pas toute la journée. Il y a en général une averse qui dure 1 ou 2 heures, puis le soleil revient. La visibilité peut en être un peu affectée, mais globalement elle reste bonne.

        N’hésite pas si tu as d’autres questions.
        A bientôt :o

        • irene dit :

          Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me répondre et cela aussi rapidement.Je pense donc concrétiser en février mon trip dans les tongians où j’irai très certainement chez Fadhila Cottages.Je ferai part de notre séjour là-bas à notre retour.
          Merci encore
          Irène.

          • Marion Bazin dit :

            De rien, c’est avec plaisir !

            Si tu as besoin d’autres renseignements sur les Togian ou Fadhila Cottages, n’hésite pas. J’y retourne moi-même fin septembre pour deux mois, afin de travailler avec l’association que nous avons créée pour protéger l’environnement et créer de l’emploi.
            Si ça t’intéresse, voici le lien vers notre page Facebook (notre site n’est pas encore en ligne) :
            http://www.facebook.com/EverybodyForTogean

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.