La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Retour à Borneo (Indonésie) • 2010

Plongées dans l’archipel de Derawan

4 décembre 2010 Aucun commentaire

Récit

Au sommaire :
Sangalaki sans les raies manta
Autour de MaratuaPauses déjeuner au paradisKakabanAutour de Derawan

Novembre 2010 : la déception. Il n’y a pas de raies manta en ce moment. Osland, notre divemaster, affirme en avoir vu quelques-unes le mois dernier, mais c’est tout.

Après le choc de la nouvelle, essayons de garder notre bonne humeur. On est quand même au bout du monde dans un archipel magnifique, où les touristes ne se pressent pas au portillon. Faisons contre mauvaise fortune bon cœur, et profitons quand même de cet endroit de rêve. S’il n’y a pas de manta, il y a d’autres choses à voir. A commencer par les méduses non urticantes de Kakaban (voir l’article Kakaban cru 2010 : une valeur sûre).

Nous plongeons presque tous les jours, pendant une semaine, autour des différents sites de la région. Osland est avec nous le premier jour, puis il est obligé de quitter l’île à cause du décès de son père… Triste nouvelle au retour de notre première journée de plongée.

Otong, un autre divemaster free-lance, le remplace donc pendant la semaine. Et il n’est pas bien motivé le père Otong ! Heureusement qu’on connaît un peu les sites et qu’on lui demande chaque jour de nous emmener à tel ou tel endroit. Mais c’est vrai qu’on s’attendait à ce qu’il nous propose aussi des plongées qu’on n’avait pas faites l’an dernier. Malheureusement, on ne sait pas si c’est de la fainéantise ou juste sa façon d’être, mais Otong traîne les pieds.

Bref, on arrive quand même à faire quelques jolis ploufs, malgré une visibilité pas terrible cette année. Toujours un peu optimistes, nous décidons d’aller plonger autour de Sangalaki, histoire de vérifier par nous-mêmes que les raies manta ont bien déserté. On ne sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher, comme dirait l’autre !

Sangalaki sans les raies manta

C’est forcément un peu décevant. L’intérêt de Manta Run ou de Manta Parade est, comme leurs noms l’indiquent, de voir des raies manta. Pour le reste, c’est surtout beaucoup de sable et quelques récifs coralliens. On a bien cherché partout, le cœur battant, en se disant : « Et si jamais ? ».

A la recherche des raies manta (Sangalaki, Kalimantan Est, Indonésie)Guillaume (Sangalaki, Kalimantan Est, Indonésie)

Mais non, les raies manta nous boudent. Alors, comme Bashung, on fait la cour à des murènes. Et puis on croise quelques jolis diodons et poissons-lions.

Murène (Sangalaki, Kalimantan Est, Indonésie)Diodon (Sangalaki, Kalimantan Est, Indonésie)Poisson-lion la tête en bas (Sangalaki, Kalimantan Est, Indonésie)

Autour de Maratua

« The Channel » : une chouette plongée dérivante… en principe

On adore cette plongée à très fort courant qui permet de voir passer du gros. L’appellation « the channel » (le canal) fait référence à l’étroite ouverture dans le récif qui laisse entrer le courant dans le lagon de Maratua à la marée montante. Le principe : descendre rapidement le long du tombant à un peu plus de 25 mètres, s’arrêter là comme on peut en s’accrochant pour ne pas être emporté par le courant, et profiter du spectacle, avant de finir la plongée en se laissant dériver à toute vitesse dans le canal. On a l’impression de voler, formidable sensation !

Attention si on ne descend pas assez vite, on risque d’être entraîné directement dans le canal. Et si l’on descend trop bas, gare à l’effet « machine à laver » du courant descendant, qui nous tire à plus de 50 mètres de profondeur sans qu’on ait eu le temps de dire ouf.

Le spectacle : des requins pointe blanche, des requins gris de récif, des thons, des mérous géants, d’énormes bancs de barracudas en forme de tornades, des bancs de carangues, des tortues qui passent devant nous dans le bleu. Les locaux ont baptisé cet endroit « Big fish country ». De ce point de vue-là ça ressemble un peu au « Barracuda Point » de Sipadan (voir l’article Plonger à Sipadan). Mais la visibilité étant très mauvaise cette année, on ne voit pas grand-chose. On réussit à peine à distinguer le tourbillon de barracudas. En revanche, on a la chance d’apercevoir deux belles raies aigles. Faute de manta, on se console !

Étant donnée la faible visibilité, on n’a pas pris de photo. Mais voici quelques clichés de l’an dernier, qui recréent un peu l’ambiance de la plongée. Ça tombe bien, je n’avais rien écrit à ce sujet en 2009, c’est l’occasion !

Impressionnant banc de barracudas : il y en a des milliers ("The channel", Maratua, Kalimantan, Indonésie)Accrochés au grappin pour regarder passer les gros poissons ("The channel", Maratua, Kalimantan, Indonésie)Requin gris de récif (Maratua, Kalimantan, Indonésie)Je vole dans le canal ("The channel", Maratua, Kalimantan, Indonésie)

L’an dernier Osland avait apporté des grappins pour qu’on puisse se stabiliser dans le courant. Cette année, on a demandé à Otong s’il avait pensé aux grappins ; il nous a répondu oui, et on a découvert au moment de plonger qu’il en avait apporté un… pour lui ! Sympa le divemaster !

Ajoutons qu’il n’a pas voulu nous faire passer dans le canal à la fin, prétextant que c’était trop dangereux. C’est vrai qu’il faut faire attention, car ça va très vite, à ne pas se faire remonter trop rapidement par le courant. Le chef a parlé, et on imagine bien qu’il ne veut pas prendre la responsabilité en cas de pépin. Mais c’est rageant, ce moment est tellement agréable. Ça aussi nous l’avions raconté à Guillaume et Patrice, qui se réjouissaient d’avance. Pas de bol, comme les raies manta, ça leur passe sous le nez…

Macronesia : du petit à tous les étages

Royaume du tout petit, Macronesia, à l’Est de Maratua, porte bien son nom. Lors de cette plongée sur tombant, nous croisons l’éminemment petit hippocampe pygmée, qu’on avait vu pour la première fois l’an dernier à Turtle Point, autour de Derawan. Il s’agit d’une espèce endémique des mers des Philippines et d’Indonésie. D’environ 1 cm, c’est une espèce très rare et difficile à dénicher (il faut avoir un œil de lynx) : il se camoufle dans des gorgones proche de sa couleur. Il est si petit qu’il a été découvert il y a quelques années seulement.

Hippocampe pygmée (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)

Lorsqu’on parle de macro, on ne peut évidemment pas passer à côté de nos amis les nudibranches (limaces de mer). Il y en avait une tripotée : les très classiques en dégradé de bleus, mais aussi de jolis noirs à pois blancs.

Nudibranche (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Nudibranche (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Nudibranche (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)

Citons également une minuscule crevette et un ver multicolore dont je ne connais pas les noms, ainsi que notre première anémone blanche. Un joli petit coin.

Minuscule crevette (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Un étrange ver multicolore (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Notre première anémone blanche (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)

Fuselier Paradise

Un peu avant d’arriver sur le site, une raie-aigle semble nous accompagner en sautant hors de l’eau à côté du bateau. Le temps qu’on dégaine notre appareil photo, la belle avait malheureusement terminé son show…

Sous l’eau, malgré une visibilité pas terrible, il y a quand même un peu de monde : tortues, petits poissons-perroquets bossus, petit banc de barracudas, langoustes, poissons-crocodiles, et d’étranges anémones.

Poisson-crocodile (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Nos petits poissons-clowns, toujours au rendez-vous (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Mérou tigré (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Étrange anémone (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)

La plongée n’est pas d’un intérêt majeur, et à plusieurs endroits nous avons trouvé beaucoup de corail mort. Je ne m’y connais pas bien en coraux, mais je crois pouvoir affirmer que les pêcheurs à la dynamite sont passés par là. J’ai lu quelques posts sur le sujet, il semble effectivement que ce genre de pratique, bien que prohibée, soit encore d’actualité…

Corail mort (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Corail mort... Pêche à la dynamite ? (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)

Mid Reef

À l’ouest de Maratua, cette plongée sur récif est le paradis des tortues, mais on y a aussi trouvé des poissons-perroquets bossus, des nudibranches noirs, des planaires (vers plats) et de magnifiques anémones. Un joli spot pour la macro ou le grand angle, à vous de choisir !

Tortue à Mid Reef (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Planaire (ver plat) (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Une surprenante anémone (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)

Pauses déjeuner au paradis

Lorsqu’on part plonger autour de Maratua, on fait la pause déjeuner dans un resort du coin, car il faut attendre la marée montante avant de replonger, et on ne peut pas patienter des heures sur notre tout petit speedboat. Nous faisons donc escale sur Nabucco, une île minuscule voisine de Maratua, qui nous accueille avec son panneau prometteur : « Welcome to paradise » !

Notre tout petit speedboat pour la plongée (Nabucco, Kalimantan Est, Indonésie)Arrivée sur Nabucco (Kalimantan Est, Indonésie)

Eau turquoise cristalline, une poignée de bungalows sur pilotis entourant un joli jardin. C’est vrai que ça ressemble au paradis ! Le Nabucco Island Resort se compose d’un club de plongée et de 17 bungalows haut de gamme, tenus par une Allemande sympathique. L’endroit nous plaît beaucoup, mais ce n’est pas pour notre portefeuille. Tant pis, on a au moins la chance de pouvoir passer quelques heures sur cette île de 20 000 m2, exclusivement occupée par le resort, et de se sentir à nouveau au bout du monde !

Ile de Nabucco (Kalimantan Est, Indonésie)Petit coin de paradis (Nabucco, Kalimantan Est, Indonésie)Nous ça nous irait comme maison ! (Nabucco, Kalimantan Est, Indonésie)Avec Patrice, Guillaume et Jean-François sur la terrasse du resort (Nabucco, Kalimantan Est, Indonésie)

Autre escale de carte postale : le Maratua Paradise Resort. Même principe, un établissement de luxe qui propose des bungalows sur l’eau ou sur jardin, avec prestations haut de gamme et club de plongée. Cette année il est en travaux, donc nous déjeunons tranquillement sans croiser un seul touriste.

Le Maratua Paradise Resort (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Carte postale (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Trop dure la vie ! (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)Pause déjeuner dans nos lunchbox au Maratua Paradise Resort (Maratua, Kalimantan Est, Indonésie)

Kakaban

Bien sûr Kakaban c’est l’incontournable lac aux méduses au centre de l’île, où l’on va plutôt en snorkeling (voir les articles Kakaban et les gentilles méduses et Kakaban cru 2010 : une valeur sûre). Mais il y a aussi quelques sites de plongée bouteille qui valent la peine sur les tombants de Kakaban.

Barracuda Point

Le site est un tombant assez raide où le fort courant amène pas mal de pélagiques comme requins pointe blanche, carangues, thons, et bien sûr des bancs de barracudas, mais pas toujours (nous en avons vu un petit en 2009, aucun en 2010). On y a aussi croisé quelques tortues et seiches, ainsi que du plus petit : poissons-feuilles, pipefish, poissons-scorpions, poissons-lions, crevettes, nudibranches et un joli petit crabe orang-outan.

Une très chouette plongée, qui permet de se laisser porter par le courant et de voler comme Superman !

Une seiche un peu énervée (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)La même seiche qui change de peau (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)Petit banc de barracudas (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)Gros diodon (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)

Requin pointe blanche (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)Poisson-feuille (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)Crevettes (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)Couple de nudibranches (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)

Kakaban Wall

Une autre plongée sur les tombants de Kakaban, proche de la grotte « Blue light cave », que nous n’avons pas eu la chance d’explorer. Plusieurs hippocampes pygmées, murènes, nudibranches, gorgones, et un vaste champ de corail dur en fin de plongée.

Hippocampe pygmée (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)Murène (Kakaban, Kalimantan Est, Indonésie)

Quelques sites autour de Derawan

Ce ne sont pas les plongées que je préfère dans la région, mais il y a quand même deux ou trois sites sympas autour de Derawan. L’avantage : on n’a pas besoin de payer l’exorbitant speedboat puisqu’on plonge à proximité.

Tuturuga Point & Turtle Inn

Au nord de Derawan, des récifs qui atterrissent sur le sable à environ 20-22 mètres. Une énorme gorgone héberge une famille d’hippocampes pygmées à Tuturuga Point. Pas mal de macro dans le coin : poissons-aiguilles (ornate & robust ghost pipefish), nudibranches, planaires, poissons-rasoirs, crevettes, crabe araignée, murènes rubans, gobies….

Hippocampe pygmée (Derawan, Kalimantan, Indonésie)Ornate ghost pipefish (Derawan, Kalimantan, Indonésie)Robust ghost pipefish (Derawan, Kalimantan, Indonésie)Nudibranche (Derawan, Kalimantan, Indonésie)Crevette “casquette de neige” (snowcap shrimp) (Derawan, Kalimantan, Indonésie)Crabe araignée (Derawan, Kalimantan, Indonésie)

Snapper Point

Un tout petit plus au large de Derawan, ces récifs sont bien aussi pour la macro, avec une topographie similaire à celle de Tuturuga Point. On y trouve plusieurs espèces de gobies, nudibranches, crevettes, Bernard Lhermitte, poissons trompettes jaunes (je n’en avais jamais vu jusque-là).

Crevette bulle (Derawan, Kalimantan Est, Indonésie)Bernard Lhermitte (Derawan, Kalimantan Est, Indonésie)Poisson-trompette (Derawan, Kalimantan Est, Indonésie)

Bref, il y a de quoi faire en l’absence des raies manta dans l’archipel de Derawan. Mais la déception subsiste, surtout lorsque la visibilité n’est pas très bonne, et que le divemaster n’est pas d’humeur à nous faire découvrir la richesse de sa région…

⊕ Infos pratiques

» Plongée au losmen Danakan [prix 2009 et 2010]

  • La plongée : 250 000 Rp (≈ 20€), négociés à 200 000 Rp (≈ 16€) car nous possédons détendeurs, combinaisons et bottillons
  • Speedboat Maratua : 1h, 900 000 Rp (≈ 73€)
  • Speedboat Kakaban + Sangalaki : 900 000 Rp (≈ 73€)
  • Speedboat Sangalaki seule : 30-45 mn, 700 000 Rp  (≈ 57€)
  • Speedboat Kakaban seule : 1h, 800 000 Rp (≈ 65€)

/!\ 3 plongeurs maximum sur le speedboat, 2 plongées maximum par jour et par plongeur.

Si vous êtes nombreux, possibilité de louer un slowboat (plus économique mais moteur TRÈS bruyant), pour 1 million de Rp (≈ 81€). Exemple d’itinéraire à la journée :

  • Derawan -> Kakaban : 2h30
  • Kakaban -> Sangalaki : 1h
  • Sangalaki -> Derawan : 1h45

Carte


 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.