La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Borneo (Indonésie-Malaisie) • 2009

Au revoir Kalimantan, bonjour la Malaisie

28 octobre 2009 Aucun commentaire

Récit

Nous quittons Derawan en speedboat à 5h du matin pour rejoindre Tarakan, la frontière malaisienne. A quatre avec Andi et Luzia, c’était la solution la plus économique et aussi la plus rapide. En revanche, ce n’était évidemment pas la plus confortable ! Quatre heures sur ce tape-cul de speedboat, on ne nous y reprendra sûrement pas !

Arrivée au port de Tarakan, après 4h de speedboat dans la houle : Jean-François protège ses lèvres crevassées du vent, du sel et du soleil. Andi, Luzia et moi nous protégeons surtout des coups de soleil (Kalimantan Est, Indonésie)Nous arrivons à Tarakan vers 9h et passons le poste frontière indonésien pour obtenir notre tampon de sortie, et payer au passage une petite taxe (dont j’ai oublié le montant). Puis c’est le tour du poste frontière malaisien.
On s’installe ensuite à bord d’un magnifique ferry dont le départ est prévu à 10h, qui ressemble à un suppositoire géant !

Le suppositoire qui nous a servi de ferry (Tawau, Borneo, Malaisie)La clim est à fond, la musique aussi. Ça me rappelle ma traversée entre Penang et Sumatra en 2007, le cauchemar ! Surtout après le trajet qu’on vient d’effectuer. Enfin c’est comme ça. L’avantage c’est qu’il y a de la place, alors le mieux à faire : se couvrir, mettre ses bouchons d’oreilles, s’allonger sur un triplace et dormir pendant la traversée de 3h30 qui va nous permettre de rallier Tawau, en Malaisie.

Dans le ferry glacial entre Tarakan (Indonésie) et Tawau (Malaisie)Le ferry accoste au port de Tawau vers 13h30. Nous gagnons rapidement la gare routière en taxi. Là, nous trouvons un minibus qui nous déposera à Samporna deux heures plus tard. Nous disons au revoir à Andi et Luzia qui vont d’abord faire un petit crochet par la campagne. Nous les retrouverons peut-être aux environs de Mabul dans quelques jours.

Ça fait bizarre d’arriver en Malaisie juste après Derawan : tout le monde (ou presque) parle anglais ! A la gare routière, des locaux nous accostent et engagent la conversation. Je leur lance quelques mots en indonésien, car je sais que la langue est proche du malaisien, puisque toutes deux ont leurs origines dans le bahasa melayu. Les gens me regardent avec des yeux surpris ! « Vous parlez malaisien ? » me disent-ils. « Non, un tout petit peu l’indonésien ». Je ressens très vite que je suis déçue de ne plus pouvoir baragouiner l‘indonésien. Ces quelques jours à Derawan ont été formateurs, et moi qui aime beaucoup les langues, je suis presque triste de ne pas pouvoir pratiquer un peu plus…

Arrivée à Samporna en fin de journée, c’est le choc. Cette ville est moche, les touristes grouillent, on se croirait à Khao San Road à Bangkok. Les bars sont bondés, les voitures nombreuses, les touristes occidentales à peine vêtues… On ne comprend pas bien ce qui nous arrive. Ce matin encore à Derawan nous étions seuls au monde, au calme, dans une ambiance authentique. Être soudain projetés dans ce genre de civilisation, c’est violent !

Rue de Samporna, repère à routards, un peu glauque (Borneo, Malaisie)On se trouve une chambre malgré le monde, et on passe dans les locaux de Billabong Scuba, auprès de qui on a réservé nos permis pour les plongées à Sipadan. C’est sur leur bateau que nous allons rejoindre l’île de Mabul demain matin.

Pour plonger sur les sites de Sipadan, il faut s’y prendre un peu à l’avance, car il faut réserver des permis. Le gouvernement limite le nombre de plongeurs à 120 par jour, pour éviter la surexploitation touristique et préserver le site, qui a été déclaré parc national le 1er octobre 2009. On avait évidemment repéré des clubs de plongée depuis la France, et pris contact avec deux d’entre eux, mais on n’avait pas de réservation ferme. On n’aime pas trop réserver à l’avance, car on ne sait jamais combien de temps on va passer à tel ou tel endroit ; en voyage on laisse plus la place au feeling du moment qu’à la contrainte et à l’organisation bien ficelée. Du coup on s’est retrouvés un peu le bec dans l’eau à Derawan, quand on s’est aperçus qu’on serait dans quelques jours à Sipadan, sans permis. Heureusement, notre ami Guillaume nous a géré tout ça depuis la France, tip top !
Nous avons donc obtenu un permis de deux jours à Sipadan.

Après une soirée un peu glauque, nous nous endormons avec l’impatience de quitter ce lieu et de nous retrouver peinards sur une île. Demain, direction Mabul, où nous avons prévu de rester une semaine, pour terminer tranquillement le voyage. Au programme : farniente sur la plage et sur la terrasse de notre bungalow, le temps que Jean-François soit guéri de ses brûlures aux lèvres, puis plongée sur les fameux sites de Sipadan !

⊕ Infos pratiques

» Speedboat Derawan -> Tarakan
Trajet : 4 heures
Prix : 1,3 million de rupiahs pour 4 personnes
Départ : 5h (pour avoir le ferry de 10h à Tarakan)

» Ferry Tarakan (Indonésie) -> Tawau (Malaisie)
Trajet : 3h30
Prix : 280 000 Rp / personne
Départ : 10h (prévoir le temps de passer les deux postes frontières si l’on arrive d’Indonésie)

» Minibus Tawau -> Samporna
Trajet : 2 heures
Prix : 18 RM (ringgit malais) / personne (≈ 5€)

Carte

[geo_mashup_map]

 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.