La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Borneo (Indonésie-Malaisie) • 2009

Retour à Samarinda

15 octobre 2009 8 commentaires

Récit

Le lendemain matin, un pickup nous attend à 7h30 devant le losmen pour nous conduire à la gare routière. On embarque à l’arrière du véhicule, cheveux au vent, au milieu des cartons et sacs de riz, sur une piste qui nous fait décoller à chaque instant. Des deux côtés de la piste, des hectares entiers de forêt cramée (ou en train de brûler) : on commence à s’habituer un peu à ces paysages de fin du monde.

Forêts brûlées sur le chemin du retour (Kalimantan Est, Indonésie)

Après une bonne demi-heure de trajet, le pickup s’arrête à une station service : voilà notre gare routière. Comme chaque jour depuis qu’on a mis les pieds à Kalimantan, nous sommes les seuls touristes. Ce qui nous vaut des regards curieux, des moqueries parfois, mais la plupart du temps des sourires radieux. A force de venir en Indonésie, je commence à piger le truc : on me regarde bizarrement, je réponds avec un large sourire. Ça marche à tous les coups. Parce que le regard bizarre ici, ce n’est pas celui du métro parisien. C’est juste un regard étonné par la différence. Deux blancs, blonds de surcroit, en ces régions reculées, ça n’arrive pas tous les jours visiblement. Le chauffeur d’un camion qui vient faire le plein nous approche avec son téléphone portable et nous réclame une photo. Mr Datu immortalise ce type fier comme tout de poser avec deux « bule » (prononcez « boulé », qui signifie « occidentaux »). En retour, on propose donc de le prendre en photo, lui et ses collègues du camion. Et ils posent tous fièrement.

Chauffeur de camion à la gare routière sur la route de Samarinda (Kalimantan Est, Indonésie)

Notre bus « full music » arrive : un truc rose fluo et bleu, avec des autocollants partout. Le chauffeur descend et vient directement nous voir : « What’s your name ? ». Et quand on commence à enchaîner en anglais, il répond timidement : « Saya tidak bisa bahasa Inggris » (je ne parle pas anglais). On se marre tous, on se serre la pince, et en voiture Simone.

Notre bus "full music" (précisons musique techno indonésienne) pour un trajet de 5 heures (Kalimantan Est, Indonésie)

Pour changer, on a droit à la totale : un bus qui crache une musique techno à fond les watts, des sièges ultra étroits, les freins qui crissent, les fumeurs de kreteks, des routes bien pourries avec des nids de poules grands comme des cratères : on a l’habitude ! Mais Mr Datu a pris soin de nous : en grimpant dans le bus, il nous annonce qu’il nous a réservé les places du devant : plus d’espace pour les jambes. Adorable Mr Datu ! Sauf qu’être devant c’est aussi avoir la place du mort, et voir la route nous arriver en pleine face, comme si on était au cinéma ou dans Gran Turismo. Mais le chauffeur aujourd’hui n’est pas un chauffard, il maîtrise bien son truc et même si on est pas mal secoués, le trajet se passe sans encombre.

Bus versus camion, lequel passera en premier ? (Kalimantan Est, Indonésie)

Cinq heures plus tard, nous voici de retour à Samarinda. Mr Datu nous propose de déjeuner dans un petit warung, puis de nous emmener visiter la plus grande mosquée d’Asie du Sud-Est (Samarinda Islamic Center), qu’on avait aperçue depuis le pont quelques jours plus tôt en arrivant en ville. Le bâtiment principal a été construit en 2004, mais des extensions sont prévues : magasins, habitations, hôpital, écoles… Un vrai centre de vie au bord du Mahakam. La taille de cette mosquée est effectivement impressionnante : deux étages (respectivement 10 000 et 800 m2 ), une mezzanine (5300 m2), un minaret de 99 mètres de haut (15 étages) et six tours (entre 57 et 70 mètres de haut).

Islamic Center de Samarinda (Kalimantan Est, Indonésie)

On entre ici pieds nus bien sûr, mais curieusement, je n’ai pas besoin de me couvrir la tête. L’endroit est paisible, quelques jeunes traînent ça et là, des anciens discutent. Un groupe de lycéens nous accoste pour nous prendre en photo. Quand je les prends à mon tour en photo et leur montre le résultat, ils se marrent, et l’un d’eux me lance timidement : « Number phone? ». Trop marrant !

On trace enfin vers le marché du centre. On déambule dans les petites allées : fruits, légumes, œufs, épices, produits de beauté, les stands sont très colorés.

Produits de beauté, marché de Samarinda (Kalimantan Est, Indonésie)

Mr Datu nous offre une glace. Il nous prévient : « It’s not icecream, it’s just ice »… On s’attend à recevoir un bout de glaçon, et finalement c’est une sorte de faux sorbet style Mister Freeze, sur un bâton. Le marchand en vend de toutes les couleurs, ça a l’air bien chimique, mais on ne refuse pas un cadeau. Goût très sucré, pas très naturel, mais au moins ça rafraîchit.

On passe ensuite au marché aux poissons et aux viandes. Quelle puanteur en arrivant. Mais quelle ambiance ! C’est un peu la criée, rien de surprenant, sauf que de nouveau, tout le monde nous regarde en souriant, comme si on était les premiers Occidentaux qu’ils voyaient. Très fiers de nous voir visiter leur marché, ils nous agrippent, nous interpellent, et nous demandent même des photos. Moment fort sympathique : je prends la pose avec un type qui fait deux têtes de moins que moi, et ça fait marrer tout le monde. Puis Jean-François se prête au jeu avec une jeune vendeuse de poulet qui refuse que son petit garçon soit sur la photo : faut pas déconner, une photo avec un « bule », ça ne se partage pas !

Marché aux poissons et aux viandes (Samarinda, Kalimantan Est, Indonésie)Accueil ultra chaleureux au marché, beaucoup ont voulu être pris en photo avec nous (Samarinda, Kalimantan Est, Indonésie)Jean-François et la vendeuse de poulets, marché de Samarinda (Kalimantan Est, Indonésie)

Notre séjour dans la région de Samarinda et du Mahakam se termine. Nous remercions Mr Datu pour ses excellents services. Après un petit dîner au restaurant Emma, quelques courses, et une pause internet (la dernière avant longtemps), on file se coucher. Demain on met le cap sur Derawan, une petite île au nord de Kalimantan Est (Kalimantan Timur ou « KalTim » pour les intimes).

⊕ Infos pratiques


» Excursion sur le fleuve Mahakam
Durée : un jour et demi
Prix : 2,9 millions de rupiahs pour deux personnes
Départ de Samarinda le matin en bus (3 heures de trajet)
Déjeuner dans un warung à Kota Bangun avant de prendre le bateau
Balade sur le fleuve et le lac sur un bateau à moteur tout l’après-midi
Nuit à Tanjung Isuy dans une « longhouse », anciennement maison Dayak
Retour à Samarinda le lendemain après-midi en bus (5 heures de trajet)
Guide : Mr Datu :
☎ +62  812 58 78 738 (portable)
punanbatu@yahoo.com (ajouté en mai 2014)

Carte


 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Il y a 8 commentaires »

  • Michel dit :

    Avec ma femme nous avons decide de suivre le meme parcours que le votre le mois prochain, et après avoir lu vos articles, nous avons decide de contacter également Mr Datu.
    C’est vrai que ca dois être un luxe que d’avoir un guide parlant anglais dans une region comme celle-la ..

  • Marion Bazin dit :

    Bonjour Michel,

    Très bonne idée ! J’espère que vous apprécierez l’excursion autant que nous.
    En effet la barrière de la langue peut être problématique, donc avoir un guide est un avantage indéniable.
    J’espère que depuis 2009 M. Datu n’a pas changé de numéro de portable…

    Je vous souhaite un très beau voyage. N’hésitez pas à venir nous raconter ici votre périple à votre retour :)

  • Michel dit :

    Il n’a effectivement pas change de numero de telephone. Je l’ai contacte en Septembre dernier grace au numero que vous aviez mis dans votre blog. De plus, après avoir lu le programme qu’il nous a envoye par email, cela devrait être la meme chose que ce que vous avez eu.

    Je n’hésiterez pas a vous raconter :)

    • Bonjour Michel,

      Une lectrice me demande l’adresse email de Mr Datu. Malheureusement je n’ai que son téléphone. Mais je me suis souvenue de votre commentaire où vous disiez qu’il vous avait envoyé votre itinéraire par mail. Pourriez-vous partager cette adresse email sur le blog ?

      Alors, comment s’est passé votre voyage à Kalimantan, et votre excursion avec Mr Datu ?
      Merci d’avance,
      Marion

      • Michel dit :

        Bonsoir Marion,

        Voici son adresse email : datu Bambang
        Pour info, le dernier matin avec Datu avant d’aller visiter la mosquée et le marché (Lorsque nous étions a l’hotel a Samarinda) je lui ai montré votre blog en lui expliquant que c’est celui-ci qui nous avait mène jusqu’a lui, et il en était très content. Aux dernières nouvelles il doit aussi créer un blog a propos de ses activités.
        A l’occasion je parlerais plus en detail de cette excursion avec Datu, mais en gros c’était presque le meme parcours que le votre, et ca été extraordinaire. datu est absolument un super bon guide a recommander. Ma seule mauvaise experience a été la route a l’Indonésienne … mais qui a elle seule m’a laisse un souvenir indélébile de la-bas…. A bientôt.

  • Michel dit :

    Aperemment l’adresse email n’est pas passe avec mon message.
    La voila a nouveau :
    punanbatu (arobas) yahoo.com

    • Un grand merci pour votre réactivité Michel ! Je vais ajouter l’adresse mail de Mr Datu dans l’onglet « Infos pratiques » de l’article.
      Merci pour votre retour d’expérience, je suis contente que Mr Datu offre toujours des services de qualité ! Ah oui la route indonésienne, ce n’est jamais très marrant…
      Contente aussi que vous lui ayez montré mon blog, je l’avais pas mal sollicité par téléphone lors de mon voyage à Kalimantan (pas seulement pour l’excursion), donc c’est bien qu’il sache que je lui envoie du monde !
      A bientôt :)

  • Michel dit :

    De rien ! Oui c’est bien. Et c’est effectivement bien aussi que les gens sachent qu’il est très patient, qu’il prend soin de nous, il est continuellement aux petits onions etc Moi meme je l’ai pas mal sollicite avant le depart par email et il a constamment répondu sous 24/48h.
    Et pour la petite anecdote, lorsque notre excursion s’est termine il nous a depose a l’aéroport de Balikpapan, et la nous avons eu une très mauvaise surprise en apprenant que notre avion pour Jakarta était annule, mais pire, que nous avions aucun moyen de rejoindre Kuala Lumpur avant le lendemain 16h afin de regagner l’Europe. Toutes les compagnies étaient « fully booked » ou supposes l’être … Apres m’être un peu distingue comme un bon Français en restant naturellement très zen et compréhensif … un gars nous a accoste et nous a propose des « magic tickets » (Pour ceux qui ne connaissent pas, en gros certains employes de certaines compagnies aérienne arrondissent leurs fin de mois en declarant l’avion « fully booked » et en donnant un certain nombre de place a un revendeur qui traine devant l’aéroport a la recherche de désespérés …) Dans notre cas, après que Citylink nous ait annonce que c’était fully booked, un gars nous a propose de nous en revendre (Au triple du prix normal – aussi appelé « taxe billé » lol, mais ca restait encore correct puisque environ £100 a la place de £30). Et bien par sécurité et pour pas me faire entuber j’ai appelé Datu, qui n’était plus cense s’occupe de nous et pourtant il a su nous rassurer et nous expliquer que finalement c’est une normalité la bas … Au final, on a acheté des billets au noir, on a pose nos fesses sur un vol interdit en Europe, et on a pu rentrer comme prévu le lendemain … Celle la n’était qu’une des nombreuses péripéties que nous avons eu … Un autre jour je raconterai l’histoire du bout de shit qu’un Canadien a voulu nous donner a Tawau Hills Park alors que le lendemain nous allions a l’aéroport de Tarakan en Indonesie, et comment les vacances auraient pu durer quelques années, au minimum ….

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.