La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Sulawesi (Indonésie) • 2008

Magnifique Tana Toraja

1 octobre 2008 Aucun commentaire

Récit

Le pays Toraja est une région montagneuse de la province de Sulawesi Sud, connue pour ses gigantesques rizières en terrasse et ses rites funéraires animistes bien particuliers. Une contrée lointaine d’une beauté surprenante.

De Makassar à Rantepao

Nous arrivons à Rantepao (chef-lieu de la région) après 9h30 de bus (contre 7h annoncées) au départ de Makassar. Et pas n’importe quel bus. Nous faisons le trajet à bord d’un « super executive bus » ! En général je me méfie de ce genre d’appellation. Je me rappelle avoir pris un VIP bus au Laos… Disons que le luxe est une notion toute relative.

Notre super executive bus vers le pays Toraja (Makassar, Sulawesi Sud, Indonésie)

Mais cette fois-ci, pas de publicité mensongère. En tout cas pas à l’aller. Le bus de la compagnie Litha est équipé de sièges comme en classe affaires d’un avion, qui permettent d’allonger les jambes (des jambes d’Indonésien bien sûr, mais quand même !). Ajoutez à ça qu’ils sont tout neufs, inclinables (et ils s’inclinent réellement), ont un moteur en bon état, et une bonne reprise. Le luxe ultime, le must de nos déplacements à Sulawesi.

Super executive bus : sièges inclinables et repose-jambes, le luxe (Sulawesi Sud, Indonésie)

On s’installe au Pia’s Poppies Hotel, où l’on fait la connaissance d’un petit groupe d’étudiants allemands. Sandra, Lars, Irmela et Nancy passent l’année à l’université de Bali, et sont à Sulawesi pour les vacances liées au Ramadan. Nous passerons pas mal de temps avec eux, notamment en soirée. Jean-Pierre, un voyageur belge au long court, fait également partie de la bande.

A la découverte des villages animistes : Buntu Pune et Kete Kesu

Depuis Rantepao, on rayonne facilement dans les villages alentours perchés à flanc de colline, au milieu des rizières ou en fond de vallée. D’un coup de bemo, nous nous aventurons le premier jour au sud-est de la ville.

A Buntu Pune, nous découvrons l’architecture Toraja : les maisons traditionnelles (appelées Tongkonan) ont un impressionnant toit en forme de proue de bateau qui s’avance bien au-delà de la façade. Pour soutenir cette avancée, un pilier central et deux piliers latéraux, ornés de cornes de buffles (sacrifiés lors des cérémonies funéraires). Les toits me rappellent ceux des maisons Batak au Lac Toba (Sumatra), à la différence qu’ils sont plus proéminents.

Le village de Kete Kesu, au sud-est de Rantepao (Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)Façade de maison Toraja au village de Kete Kesu (Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Les villages sont à peu près tous organisés de la même façon : une grande place centrale où les maisons sont alignées d’un côté. De l’autre, les mêmes maisons format miniature servent de greniers à riz.

Organisation spatiale typique de village Toraja : les greniers à riz (à gauche) en face des habitations. La cérémonie funéraire a généralement lieu au centre. Ce village est habité par 8 familles (Kete Kesu, Sulawesi Sud, Indonésie)

Au bout de quelques minutes, nous sommes accueillis à Buntu Pune par trois enfants qui s’avancent vers nous, sourire aux lèvres, en nous tendant un classeur. On comprend assez vite qu’ils souhaitent nous faire signer le livre d’or du village. Chaque visiteur est invité à écrire un petit mot sur sa venue, et ses impressions sur le village. Nous signons l’un après l’autre, les enfants nous regardent avec une certaine admiration. L’échange n’est pas très prolifique, car nous ne parlons pas la même langue, mais  la communication se fait beaucoup par le sourire, et les regards. Ici, les enfants accueillent simplement les touristes, et n’ont pas encore appris à demander de l’argent en échange d’une photo. Il y a une espèce de simplicité et de sérénité dans ces rencontres.

Signature du livre des visiteurs, que les enfants nous ont apportés (Buntu Pune, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)Au tour de Jean-François (Buntu Pune, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Un peu plus loin, nous visitons le village de Kete Kesu et ses fameuses falaises funéraires. Au Pays Toraja, on n’enterre pas les morts. Après une cérémonie funéraire qui peut durer plusieurs jours (voir l’article « Les rites funéraires de Tana Toraja« ), le cercueil est déposé à flanc de falaise, dans une corniche taillée dans la roche ou sur une plateforme en bois.

Vieux cercueils accrochés à flanc de falaise (Kete Kesu, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Les Torajas placent souvent des statues à l’effigie des morts (appelées « Tau-Tau ») sur les falaises, chargées de veiller sur les vivants. Après un certain temps, les cercueils tombent et viennent se fracasser au pied de la falaise. En se baladant sur les sentiers, on aperçoit donc régulièrement des ossements.

Boutique vendant des Tau-Tau, statues représentant les morts (Kete Kesu, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Tana Toraja : au cœur des rizières en terrasse

Le deuxième jour, nous partons au nord de Rantepao pour une sortie plus nature. A la gare routière où nous cherchons un bemo, des jeunes nous proposent de nous emmener sur leurs deux roues. Pourquoi pas, ça nous évitera d’attendre ici des heures. Sur les petites routes de montagne, mon chauffeur fait le kakou. Tandis que son copain semble conduire prudemment avec Jean-François, lui essaie de m’impressionner. Il roule vite, coupe les virages, je me dis que bientôt, il va me faire une roue arrière ! On arrive quand même sains et saufs à destination.

Là, à Tinombayo, le panorama est exceptionnel. Je n’avais jamais vu de rizières en terrasse aussi étendues. La lumière n’est pas exceptionnelle, mais on sent quand même que tout ce vert tendrait vers le fluo s’il y avait un peu plus de soleil. C’est purement magnifique, cette impression de grandeur et de sérénité.

Panorama sur les immenses rizières en terrasse au nord de Rantepao (Tinombayo, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Nos chauffeurs nous déposent un peu plus haut au village de Lempo, où nous décidons de continuer à pied. Nous traversons plusieurs villages (Batutumonga, Lokomata, Pana, Tikala), marchons le long des petites routes de montagne bordant les rizières. Il n’y a que nous, quelques chiens, des poules, parfois des enfants. Tout comme dans les villages près de Bira, les gamins réagissent à notre passage. Tantôt curieux, tantôt timides, ils sont toujours intrigués par notre passage, et nous accostent constamment en criant « gula-gula »… On finit par comprendre qu’ils nous demandent des bonbons !

Enfants de Pana, surexcités devant notre appareil photo (Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)Enfants à Pana (Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Il y a des rizières partout : devant, derrière, sous nos pieds, c’est impressionnant. Au loin on aperçoit Rantepao, encaissée au fond de la vallée. Nous passons la journée là, au cœur de cette nature riche et luxuriante : ça ressource !

Dans les rizières entre Lempo et Batutumonga (Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)Rizières en terrasse dans la montagne. Au fond à droite dans la vallée : Rantepao (Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)Rizières en terrasse sur la route de Tikala (Tana Toraja, Sulawesi, Indonésie)

Sacrées soirées à Rantepao

Presque tous les soirs nous dînons au Mart’s Café avec le groupe d’Allemands et Jean-Pierre. La cuisine y est plutôt bonne, et l’ambiance fort sympathique. Le premier soir, nous y rencontrons le Monsieur Propre indonésien : Adchuk, joueur de guitare, chanteur, et guide touristique. On sympathise tout de suite avec lui.

Soirée au Marts Café. De gauche à droite : Sandra, Lars, Jean-Pierre, Irmela, Nancy et Jean-François (Rantepao, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Chaque soir, nous chantons à tue-tête des tubes anglo-saxons de toutes les époques. Mais pas seulement : comme beaucoup d’Indonésiens, Adchuk sait chanter « Aline » de Christophe. Et dès qu’il sait qu’on est français, il se lance ! Pour les paroles, c’est parfois du yaourt ; on voit bien qu’il ne comprend pas ce qu’il chante, mais c’est très juste et ça nous fait bien rigoler !

Sandra, Adchuk et Lars (Rantepao, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)Irmela et Adchuck, notre Monsieur Propre indonésien (Rantepao, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Notons aussi la découverte du plat traditionnel Toraja, le « Papiong » : un met à base de légumes et poulet, porc ou poisson, cuit dans un tronc de bambou frais pendant plusieurs heures (il faut donc commander à l’avance). C’est bon, mais un peu copieux, et celui qu’on nous a servi est un peu sec.

Papiong : plat traditionnel Toraja cuit dans un tronc de bambou frais (Rantepao, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)

Les soirées sont bien arrosées à la Bintang, les kreteks balancent leur odeur de clou de girofle dans l’atmosphère, on rit à gorge déployée, on se casse les cordes vocales sur nos tubes préférés, on fait des concours du mot le plus long dans nos langues respectives. Nous formons, avec nos Allemands préférés et Adchuk, un groupe de très joyeux lurons, ravis d’être là, de partager, de rire et de danser.

Fin de soirée au Marts Café (Rantepao, Tana Toraja, Sulawesi Sud, Indonésie)Dernière soirée au Marts Café avec nos amis du pays Toraja (Rantepao, Sulawesi Sud, Indonésie)

⊕ Infos pratiques

» Bus Makassar -> Rantepao
Trajet : 9h30
Prix : 150 000 Rp / personne (compagnie Litha)

» Pia’s Poppies Hotel
Chambre double (ventilateur) avec salle de bain : 99 000 Rp sans petit déjeuner

» Guide
Adchuk : adchukd@gmail.com

Carte


 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.