La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Thaïlande, Malaisie, Indonésie • 2007

Kuala Lumpur : agréable entrée en Malaisie

23 mai 2007 Aucun commentaire

Récit


[Du 14 au 16 mai]

Amina, merci pour ton dernier commentaire mais le voyage n’est pas fini ! Il l’est presque dans les dates, mais pas sur le blog (vu que je suis en retard dans la rédaction). Donc voici encore quelques aventures.

Passer de l’Indonésie à la Malaisie a été un choc, mais un bon choc, dans la mesure où j’ai vraiment détesté Padang. En prenant l’avion, je me préparais d’ailleurs à atterrir dans une ville nulle (souvent les grandes villes asiatiques n’ont pas beaucoup de charme, exceptée Bangkok qui est ma petite chouchoute). A l’origine je ne voulais même pas venir à Kuala Lumpur (KL), je ne voyais pas trop l’intérêt vu le temps restant. Je croyais pouvoir prendre un avion de Padang à Malacca (ancienne ville coloniale portugaise qui est censée être super mignonne), mais il n’existe pas de liaison aérienne entre ces deux villes. Je suis donc arrivée à KL un peu contre mon gré, et me préparais au pire (c’est toujours mieux).

De l’aéroport j’ai pris un bus pour me rendre dans le centre ville et ça a été la première agréable surprise : ici, les routes sont goudronnées, droites et sans trou, j’avais oublié à quel point ça peut être agréable de bien rouler.

La deuxième surprise a été de voir comme cette ville est cosmopolite (un peu comme Penang, voire plus) : Indiens, Chinois et Malais semblent faire bon ménage, du moins en apparence. J’ai décidé de me poser à Chinatown, qui est l’un des quartiers routards.

Marché permanent à Chinatown (Kuala Lumpur, Malaisie)

Mes premiers pas dans la rue ont été l’occasion de découvrir la troisième surprise : les gens ne me matent pas comme une bête curieuse. Et malgré ce que j’ai pu dire précédemment sur nos populations qui ne savent plus se regarder, j’avoue que ça fait du bien tout d’un coup de passer presque inaperçue. Je ne veux pas me contredire, mais disons qu’il y a sans doute un juste milieu entre l’ignorance totale d’autrui, et la pratique systématique du regard qui déshabille. Ce juste milieu je l’ai trouvé à KL (et aussi dans les campagnes indonésiennes, bien sûr).

Bref, après ces excellentes premières impressions, j’ai décidé de rester là et de zapper Malacca (ben oui, on ne peut pas tout faire). Il ne me restait alors qu’une semaine avant de remonter sur Bangkok, donc j’ai compris qu’il fallait que je choisisse une seule destination (en plus de KL) où je pourrai m’échouer pour les derniers jours (pas envie de courir d’un endroit à un autre, à la japonaise, juste pour dire « j’y suis allée »). Tout naturellement, j’ai vite ressenti que l’endroit idéal pour s’échouer était une plage, et tant qu’à faire une île. Restait à savoir laquelle, car il y en a pas mal en Malaisie, et je ne voulais pas me tromper.

Le temps de faire mon choix en lisant Le Routard, mais surtout en demandant autour de moi, puis de réserver mon billet de bus, trois jours se sont écoulés à KL. Ce retour à la civilisation m’a fait du bien, et puis j’avais aussi besoin de mettre à jour ce fichu blog, qui souffrait alors terriblement de l’absence de photos de Sumatra. Bref entre la mise en ligne des photos et la rédaction des articles, j’ai passé pas mal de temps dans l’air conditionné des cybercafés (et quel plaisir de revenir à une connexion Internet normale, qui du coup me donnait l’impression de conduire un TGV !).

En dehors des cyber, je me suis pas mal promenée (cette ville est plutôt sympa pour les piétons), et puis j’ai fait la connaissance de quelques personnes bien sympas dans ma guesthouse.
Seule activité réellement touristique de ces trois jours : visite des grandes tours de KL. Les Twin Towers sont aujourd’hui les plus hautes du monde (451 mètres, 88 étages), construites pour la compagnie pétrolière Petronas, pour la modique somme de 2 milliards de dollars.

Petronas Towers (Kuala Lumpur, Malaisie)Les Petronas Towers vues du sol ; on a le droit de monter sur cette passerelle en acier, au 41ème étage (170 m) (Kuala Lumpur, Malaisie)

Il s’agit de deux tours jumelles reliées entre elles par une passerelle au 41ème étage. C’est d’ailleurs sur cette passerelle que le public est autorisé à se rendre. Belle vue sur KL, architecture sympa, pas grand chose de plus à en dire. Grimpette aussi jusqu’au sommet de la KL Tower (la tour de la TV).

La TV Tower de Kuala Lumpur (Malaisie)

Kuala Lumpur est assez intéressante visuellement car elle offre un métissage entre architecture coloniale, buildings hyper modernes et petits temples traditionnels de quartier.

Architecture coloniale à Kuala Lumpur (Malaisie)Rue de Chinatown (Kuala Lumpur, Malaisie)La Mosquée du Vendredi à Kuala Lumpur (Malaisie)

Petite étape citadine bien sympa avant les aventures de Marion à la plage.

Carte

[geo_mashup_map]

 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.