La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Thaïlande, Malaisie, Indonésie • 2007, Zoom sur...

Le Lac Toba : une semaine au paradis

12 mai 2007 2 commentaires

Récit


[Du 28 avril au 6 mai]

Comment décrire le paysage magnifique de la région du Lac Toba sans vous montrer de photos (hé oui, toujours pas de lecteur CD dans  le cybercafé pourri où je me trouve…) ? Je vais essayer de faire de mon mieux, en vous racontant  ce qui pour l’instant est l’étape-phare de mon voyage (humainement et touristiquement).

A six heures de route au sud de Brastagi, se trouve le Lac Toba, né il y a plus de 100 000 ans, d’une super-éruption volcanique. Au centre du lac, l’île de Samosir, dont le tour fait environ 130 km. Et au nord-est de Samosir, une petite presqu’île, qui héberge le village de Tuk-Tuk. C’est là que j’ai séjourné pendant huit jours.

Paysage volcanique du Lac Toba (Sumatra, Indonésie)

Le lac Toba est le centre de la culture du peuple batak (dont j’ai un peu parlé dans un précédent article). Les Bataks sont chrétiens (majoritairement protestants) depuis le début du XIXème siècle, mais ils gardent en eux un peu de leur culture animiste d’origine. Ils ne représentent qu’1% de la population indonésienne, soit quand même 2 millions de personnes (hé oui vous savez bien compter, l’Indonésie compte 200 millions d’habitants, voire un peu plus). Les Bataks parlent leur propre langue (qui d’ailleurs se divise en 5 dialectes).

Maison Batak (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)

L’Indonésie est assez hallucinante du point de vue des langues : le pays compte plus de 250 langues et dialectes (d’après le Routard… et plus de 1000 d’après les locaux), parlés par plus de 300 groupes ethniques. Le Bahasa Indonesia est la langue officielle depuis l’indépendance (1945). Elle est la sixième langue du monde par le nombre de ses locuteurs. Transcrite en caractères indiens puis arabes, elle a été romanisée en 1928, sous la colonisation néerlandaise.
La diversité des langues est à l’image de celle des cultures de ce pays, et l’on comprend pourquoi il est si difficile à gouverner. On comprend aussi les nombreuses volontés d’indépendance, car les différentes régions (y compris au sein d’une même île) ne se reconnaissent pas forcément dans le pouvoir exercé par Jakarta (la capitale). Certains disent même qu’être indonésien ne veut pas dire grand chose, que ça n’existe pas : on est Batak, on est Minang, on est Balinais, c’est tout.

Enfin quelles que soient leur origine et leur appartenance culturelle ou religieuse, les Indonésiens sont touchants, et profondément gentils. Bien sûr je ne peux parler que de Sumatra, mais si j’en crois le discours des routards que j’ai rencontrés, c’est le même topo sur les autres îles.
Évidemment, il faut impérativement aller au-delà de ce qui agace le plus : le regard insistant qu’ils posent sur nous. C’est très flagrant dans les villes,  un peu moins gênant dans les campagnes (ou alors c’est juste moi qui m’habitue). En ville, le regard est un peu plus lourd, et il vient surtout des hommes ; à Brastagi par exemple, j’avais trois jeunes hommes autour de moi, scotchés à mon écran au cybercafé, pendant dix minutes. En marchant dans la rue, c’est la même chose : les gens vous fixent. Au passage piéton, on attend pour traverser, on laisse passer une voiture, mais la voiture s’arrête sur les clous et le conducteur vous dévisage en disant « Hello ». Ce n’est pas méchant, c’est comme ça. Et peut-être que c’est eux qui ont raison, parce qu’ils le font sans se cacher : ils regardent vraiment, avec et dans les fond des yeux.

Alors que nous, on se regarde en biais, on n’est pas fichus d’échanger un regard dans le métro, ni de se dire bonjour dans la cage d’escalier. Regarder l’autre, ça veut dire aussi reconnaître son existence, et nous, on fait comme si on était seuls on monde, comme si les autres étaient transparents. Alors c’est vrai que le regard des Indonésiens est lourd à porter au départ, mais une fois qu’on a réfléchi un peu, et qu’on s’y est habitué, on les regarde de la même façon et puis c’est tout. Je pense que la lourdeur de ces regards et surtout liée au fait que l’Indonésie est un pays très masculin, donc quand on est une femme, on ne peut s’empêcher d’y voir quelque chose de malsain. Mais si je suis objective, je dois reconnaitre que les femmes aussi me regardent et me disent bonjour ; elles sont juste moins nombreuses.

Revenons au Lac Toba. Kasia et moi sommes arrivées à Prapat (port d’embarquement pour l’île de Samosir) en début d’après-midi, sous une pluie battante… Pas de bol, car les derniers kilomètres que nous avons faits en bus étaient censés offrir une vue hallucinante sur le lac… En grimpant sur le bateau, je tombe sur Alice et Francesco (le couple italien rencontré à Krabi, en Thaïlande). Quelle joie !! Je savais qu’ils venaient à Sumatra, et on avait échangé quelques mails depuis mon départ de Krabi, donc on pensait bien se retrouver au Lac Toba, mais c’est toujours super chouette quand ce n’est pas planifié.

Ferries faisant la liaison entre Prapat et Samosir (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)

On décide de tous s’installer dans la même guesthouse (Bagus Bay, littéralement « Bonne baie »), en bordure du lac. Bagus Bay est un ensemble de maisons bataks traditionnelles (quoique rénovées), aux toits très pointus, et dont la partie supérieure est inclinée vers l’avant (sur les photos ce sera plus parlant). Un chouette petit nid pour passer plusieurs jours.

Vue sur le Lac Toba depuis Bagus Bay (Tuk-Tuk, Sumatra, Indonésie)

Sur place, on a fait connaissance avec deux Finlandais adorables (Jens et Joonas), et une Américaine (Lora). La petite bande que nous formions passait ses journées à se balader dans le village de Tuk-Tuk, louer des scooters pour faire le tour de Samosir, et se baigner dans le lac.

Paysage volcanique de Samosir (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Alice et Francesco (dit Checco) : départ pour une virée en scooter (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Le club des 7 en vadrouille sur Samosir en scooter (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Dans une source sulfureuse. Jens a failli être malade tellement ça puait les œufs pourris (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Cahutes pour la pêche (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Petite pause au bord du lac (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)La pose avec les enfants (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Kasia et Alice sous le charme du chiot (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Kasia et moi avec des étudiants voulant pratiquer leur anglais (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Entrée maison Batak ; la façade étant penchée, ça donne des toutes petites portes (attention la tête) (Lac Toba, Sumatra, Indonésie)

Une semaine de détente donc, et surtout des heures entières à discuter, à partager nos diverses expériences de voyage, à échanger des infos sur nos pays respectifs (si vous cherchez un paradis social, optez pour la Finlande : 50% d’impôts, mais que d’avantages sociaux !!).

Et bien sûr, l’échange avec les locaux était également au rendez-vous. A Bagus Bay, le personnel était tout simplement formidable : un sourire à chaque minute, toujours prêt à rendre service, et à faire la conversation. Tous les soirs, certains d’entre eux s’installaient avec nous au resto, et on passait la soirée à parler et… j’allais oublier… à chanter, accompagnés par leurs guitares.

Deux caractéristiques essentielles chez les Indonésiens, en dehors de leur sourire : ils jouent pratiquement tous de la guitare (dans toutes les guesthouses où je suis passée, une ou plusieurs guitares), et ils fument comme des cheminées (et sont les rois de la taxe : plusieurs fois par jour on vient vous demander une cigarette, et du feu, car ils n’ont jamais de briquet non plus). Presque tous les hommes fument (les femmes, très rarement), et ils fument partout, y compris dans les bus. Beaucoup fument des kreteks, dont le filtre est imprégné d’un arôme sucré (si bien que quand on fume, on se lèche les babines en permanence). Je me suis moi-même convertie aux kreteks, et je pense qu’elles vont me manquer en rentrant.

Pour la guitare à Bagus Bay, tout a commencé par un spectacle de danse et chants batak le soir de notre arrivée. Les danses en soi n’étaient pas très impressionnantes, mais la seconde partie du spectacle consistait en des chansons de folk batak. Un truc délirant. Une partie des hommes de l’orchestre abandonne ses instruments et vient au devant de la scène pour chanter en se dandinant, un large sourire aux lèvres. C’est marrant, certaines chansons ressemblaient presque à des chants tyroliens, ou à de la country-music américaine ! A la fin du concert, les deux guitaristes ont continué seuls, en entonnant « La Bamba ». Et tout de suite après ça, « Wish you were here » de Pink Floyd (cette chanson me donne des frissons). Ensuite, ils ont décidé de s’installer parmi nous, et on a passé le reste de la soirée à chanter tous ensemble. Leurs amis nous ont rejoints plus tard, et chaque soir, ils sont revenus, pour parler, pour chanter…

Après le spectacle traditionnel, les locaux se mettent à la guitare (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Roy et sa bière Bintang (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Roy et Ben (qui travaillent à Bagus Bay) ; nos guitaristes préférés, tous les soirs au rendez-vous (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Avec mes quelques mois de pratique, je me prête au jeu (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)

Ludovic, tu seras ravi d’apprendre que pendant cette semaine (et même avant d’ailleurs), j’ai joué un petit peu tous les jours. Je ne connais que quelques morceaux, mais j’ai quand même fait office de prof en leur apprenant « Talking ’bout a revolution » de Tracy Chapman… Tu peux être fier de moi !! Donc j’aurai un peu moins mal aux doigts en reprenant les cours.

Quelques-unes de nos soirées en images…

Les filles se prennent en photo : Alice, moi, Lora, Kasia (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Jens (notre Tom Cruise du Lac Toba) et Francesco (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Nos boissons préférées : bière Bintang et Arak (alcool de riz fermenté) qui ressemble un peu à la vodka (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Le groupe au grand complet (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Francesco en train de faire la pasta dans la cuisine de Bagus Bay (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Avec Alice, Francesco et Jens à Bagus Bay (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)Jens, Francesco et Ben (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)

Je suis sûre que j’oublie de mentionner plein de choses à propos de cette semaine, il y a eu tellement de grands moments d’échange, et tellement d’émerveillement à la découverte de cette île d’une beauté presque mystérieuse. J’ai presque envie de pleurer quand je repense à ces moments, car je crois qu’il comportaient tout ce qu’un voyage peut comporter de mieux : la nature, les locaux avec qui on découvre la culture et le mode de vie, les autres voyageurs avec qui l’on partage nos points de vue d’occidentaux, le farniente et le temps qui passe lentement, les balades, l’apprentissage de la langue (oh un tout petit peu), la fiesta… La liberté, tout simplement.

Coucher de soleil sur le lac (Tuk-Tuk, Lac Toba, Sumatra, Indonésie)

Kasia est partie la première de Tuk-Tuk, en direction de Jakarta (où elle va suivre un cours de méditation pendant dix jours). Lora, Jens et Joonas l’ont suivie le lendemain pour aller à Bukit Lawang, puis à Bangkok avant de terminer leur voyage (qui aura duré  six ou huit mois) au Laos (bonne idée les gars !). Alice, Francesco et moi avons repris la route ensemble le jour suivant, direction Bukittinggi (t’inquiète Lulu, j’y suis allée à l’autre lac !).

Je finis avec quelques notes perso :
- Un special thanks à ma sœur, Amina et Stéphane pour leurs commentaires réguliers.
- Évidemment un grand merci à tous ceux qui participent, même une fois de temps en temps, j’adore vous lire.
- Bon anniversaire ma sœurette, maintenant tu as l’âge de raison (celui du Christ), donc tout devrait bien aller.
- Lulu, aaargh, je n’ai pas vu votre inscription dans le cratère, je suis dégoûtée !! Pour l’instant pas trouvé ton couteau. Je suis à Padang, je vais essayer une dernière fois (car après je repars en Malaisie).
- Estelle, j’ai honte, je n’ai pas appris tant que ça, juste quelques mots, car on est souvent tombés sur des gens qui parlaient anglais. Mais je sais compter et dire 4-5 trucs. Bon courage avec ton gros bidon.

A très vite…

Carte

[geo_mashup_map]

 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Il y a 2 commentaires »

  • Steff dit :

    Salut Tchoupi….

    Bon alors là c énorme. Tout a l’air si magique. Je rêve d’y être. Pour faire toujours aussi original par rapport à d’habitude: tu racontes vraiment bien.

    Je suis super contente que tu rencontres des gens sur ton parcours, tu es faite pour ça et je suis certaine que ça t’apporte énormément. Elle est sociable ma soeur à moi !!!

    Je suis comme une gosse à chaque fois que j’ouvre ton blog et qu’il y a un nouveau post, ça me fait super plaisir de te lire et de partager ton aventure grâce à tes mots. Merci pour ça, c’est de l’évasion facile et pas chère. Il manque juste les photos et là ce serait parfait.

    Matth est rentré, je crois que son séjour en Thaïlande s’est bien passé.

    Je suis contente de voir que ton trip se passe toujours aussi bien même si tu es + proche du retour aujourd’hui, je suis sure que tu en profites un max. C’est passé vite, bizarrement, j’ai l’impression que tu es partie hier… En tout cas, j’espère que tu vas rentrer avec plein de super souvenirs dans la tête et dans le coeur. C’est une expérience tellement enrichissante, profites en un max, c’est une superbe aventure. Merci aussi de nous la faire partager, je trouve que c’est génial cette idée de blog. En tout cas éclates toi !!! Même si tu me manques et que j’ai hâte que tu me racontes tes aventures de vive voix et ben je suis super happy pour toi que tu vives à nouveau une aventure extraordinaire.

    Il manque juste un truc dans ton dernier post, un nouveau cours de vocabulaire indonésien…. C’était le kif d’apprendre cette langue par correspondance… LOL.

    Merci aussi pour ton spécial thanks, mais c normal qu’on te donne des news fraiches, on sait qu’on te manque… By the way as tu reçu mes mails et les photos?

    Merci également pour mon anniversaire eh oui: l’âge du Christ !!!! mais ça me perturbe pas + que ça, en fait il paraît que 33 ans est l’âge qui fait surtout flipper les mecs !!! Ah ben ma p’tite dame, allez savoir pourquoi…

    Je continue mes pratiques en espérant que tout est OK pour toi…

    Tu sais qu’en lisant ton dernier post je me disais cool Marion peut continuer ses cours de guitare et ainsi ne pas perdre le bénéfice de toutes les souffrances des doigts qu’elle a eues depuis le début de ses cours!!! Et qq lignes plus bas, tu expliques à ton prof que tu continues l’entraînement. Je te jure j’étais morte de rire toute seule devant mon ordi.

    A part ça ici tout va bien, j’ai pas mal de trucs à te raconter, j’ai fêté mon anniv samedi soir avec des cops, on s’est bien marré…. tu imagines une soirée entre gonzesses…. Et mardi dernier on a fait celui de Flo avec Blandine et Mums à la MBC, on a bien déliré c’était sympa, tu penses 4 meufs ensemble. Je vais t’envoyer qq photos par mail. Mercredi soir je remets ça, chez Jérôme (un collègue de travail) qui est rentré de la Réunion y a pas longtemps et qui du coup a ramené du pire RHUM. Authentique…. Heureusement, jeudi c l’ascension, donc férié, on pourra récupérer. Samedi soir je fête l’enterremment de vie de jeune fille d’Audrey, encore une soirée de malades en perspective. Tu vois même à 33 ans, je n’ai pas perdu mon sens de la fête. Le seul bémol c « qu’à mon âge » (putain on dirait une vieille qui parle…), les excès sont + durs à effacer qu’à 23. C pas grave…. Du coup je refais du sport à bloc. Je me suis mise au footing, j’en CHIE GRAVE….

    Bon ben voilà tchoupi qq news toutes fraiches….

    Take care.

    Je te fais plein de bisous et je pense bien à toi.

    Et quand même, je me languis que tu rentres…..Même si je sais que pour toi c du bonheur en barre, je serai vraiment contente de t’entendre et de te revoir !!!!

    Gros bisous

    Steff

  • Amina dit :

    Eh salut,

    Trop de la chance quand même d’avoir une amie que je connais personnellement qui réalise toutes ces choses. Je ne blaguais pas quand tu avais disparue, tu es à l’image des stars et nous nous sommes tes fans. Pardon pour les autres de parler en leur nom, mais tout de même!!! Tu imagines jamais je ne pourrais faire la même chose et donc c’est un moyen unique de découvrir ce type d’aventure. Et si je dis jamais, c’est bien vrai parce que les sacrifices que cela exige seraient insurmontables pour moi. C’est clair!!! Ah les gens et leur confort??? Ben oui que voulez-vous, il en faut.

    Bien aimé ton passage « psycho » même s’il ne faut pas se tromper, en France, nous sommes très solidaires. C’est juste les angoisses personnelles qui sont exhacerbées et ça dégénère. Mais autrement, quand on aura dépassé le cap, les bonnes mentalités rejailliront.

    A part cela toujours la même mélancolie avec tout de même ton rayon de soleil. Pardon mais ne pourrais-tu pas éviter de dire quand il pleut, cela gâche le paysage. Je plaisante!!

    Je t’embrasse et pense à toi.

    Amina

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.