La boîte à outils

Infos pratiques, cartes & itinéraires, matériel, sac, trousse à pharmacie, billets d’avion, budget & tarifs sur place

La boîte à tuyaux

Mes bonnes et moins bonnes adresses (hébergement, guides, centres de plongée…) par destination

La boîte à images

Paysages, plongée, portraits, sur le vif, clichés de groupe… Revivez mes voyages en photos et en vidéos

La boîte à bulles

Dérivantes, raies manta, créatures étranges, jardins de coraux… Mes plus beaux souvenirs de plongée

La boîte à vrac

Articles autour du voyage, réflexions, idées, coups de cœur… en attendant le prochain voyage

Accueil » Thaïlande, Laos, Cambodge • 2006

Pakse et le plateau des Boloven

25 février 2006 3 commentaires

Récit


Me voici de retour à Pakse après presque une semaine sur le plateau des Boloven, à l’est de la ville.
Après avoir dormi chez Patty dimanche soir, dans une maison en bois sur pilotis, typiquement lao, je suis partie avec elle pour deux jours à la rencontre des villages de minorités ethniques, en passant par la cascade de That Fan et les plantations de café alentours.

Patty devant sa maison (Pakse, Laos)Au milieu des plantations de café et de thé (Plateau des Boloven, Laos)Séchage du thé. Cette quantité sèche en près de 3 heures (Plateau des Boloven, Laos)Séchage des grains de café (Plateau des Boloven, Laos)Cascade de Tat Fan (Plateau des Boloven, Laos)

Je dirais que j’ai été ravie de découvrir la région, ça m’a donné une idée de la vie dans les campagnes, où les conditions sont bien plus difficiles qu’en ville. Les villageois vivent la plupart du temps dans des maisons en bambou sur pilotis, sans eau courante, donc sans sanitaires. Les pilotis sont utiles pendant la saison des pluies, pour éviter que l’eau ne rentre dans les maisons, mais également pendant la saison sèche, pour se protéger de la chaleur ; on vit ainsi au-dessous de sa maison, où l’air est plus frais.

Maison de village en bois dur (Plateau des Boloven, Laos)Village du plateau des Boloven (Laos)Pilage du riz (Plateau des Boloven, Laos)Femmes et enfants fument la pipe à eau : une pipe en bambou, remplie de tabac très fort et eau sucrée (Plateau des Boloven, Laos)Vus les regards, soit le tabac est très fort, soit il y a autre chose dans la pipe… (Plateau des Boloven, Laos)Enfants du village animiste (Plateau des Boloven, Laos)Intérieur maison (Plateau des Boloven, Laos)Avec une habitante du village animiste (Plateau des Boloven, Laos)

La plupart des villages traversés se distinguent par la religion pratiquée (bouddhisme ou animisme) et par l’origine ethnique.
J’ai passé la nuit de lundi au cœur d’un village animiste : les villageois nous ont reçues les bras ouverts, nous ont fait manger le bouillon de poulet (plumé devant nous) avec du riz gluant, tout ça par terre dans une grande assiette en bois. Leur maison ne contient qu’une seule grand pièce séparée en deux : à droite les lits, cachés par des rideaux, à gauche un grand espace vide sans meuble, qui sert à manger ou à discuter. Au bout de la maison une autre petite pièce sert de cuisine.

Ma maison pour une nuit (Plateau des Boloven, Laos)Repas avec Patty dans le village animiste : riz gluant et bouillon de poulet (plumé devant nous) (Plateau des Boloven, Laos)

Pour la toilette, il faut aller jusqu’à la rivière, à 10 mn du village, et se laver tout habillé (enfin avec un paréo). J’avais oublié de prendre ma brosse à dents avec moi, donc je me suis lavé les dents sous la maison, avec une bouteille d’eau, et en me retournant j’ai surpris tous les enfants en train de me regarder d’un air interrogateur. Vu l’état de leurs dents, je suppose que ce n’est pas une pratique courante. Patty m’a emmenée le lendemain matin à travers le village pour me présenter un peu les habitudes de vie, la culture du café, et les rites animistes. Pendant toute la promenade, une vingtaine de gamins nous suivaient, le sourire aux lèvres, sans doute intrigués par cette falang sortie de nulle part.

Les enfants du village animiste, qui nous ont suivies pendant toute la visite du village (Plateau des Boloven, Laos)

Ils étaient tous adorables, mais tellement pauvres. Leurs dents étaient marrons, leurs vêtements complètement noirs et déchirés, je me suis dit qu’il ne devait y avoir qu’un seul t-shirt et short pour chaque enfant. Parmi eux, certains vont à l’école, d’autre travaillent à la récolte du café, pour aider leurs familles à subsister. Chaque enfant touche environ 2000 kips (moins de 20 centimes) pour un grand seau rempli de grains de café. Ils ont à peine 10 ans et sont déjà perchés sur les caféiers…Récolte du café par les enfants (Plateau des Boloven, Laos)En remplissant un grand seau comme celui-là, les enfants gagnent 2000 kips, soit 15 centimes (Plateau des Boloven, Laos)

Du point de vue religieux, c’était aussi intéressant. Les animistes sacrifient chaque année un buffle pour conjurer le mauvais sort. Il y a un endroit réservé pour ce rituel dans chaque village. Ils attachent le buffle vivant autour d’un piquet, et lui découpe les pattes les unes après les autres. Une fois l’animal mort, il est découpé en morceau et chaque famille reçoit sa part. Les animistes doivent également sacrifier un buffle lorsqu’une personne de leur famille décède. S’ils ne le font pas, ils pensent que le mauvais sort s’acharnera sur eux et que d’autres décès suivront. S’ils n’ont pas les moyens de se payer un buffle, ils peuvent sacrifier un cochon, voire un poulet. Chaque famille ayant sacrifié un animal pour un décès doit ensuite dresser une sorte de piquet dans son jardin, pour montrer qu’elle a bien observé la tradition.

Enfants devant le poteau de sacrifice du buffle (rituel animiste) (Plateau des Boloven, Laos)

En fin de matinée, je suis partie dans un autre village, bouddhiste celui-ci, ou se préparait une fête annuelle (la fête du riz si j’ai bien compris). Il y avait là des villageois dans leurs préparatifs, et des moines, qui m’ont invitée à me joindre à eux. Il m’a fallu coudre des billets sur une plante artificielle dorée, en guise de donation aux moines.

Patty en train de coudre les billets sur une plante artificielle en tissu, en donation aux bonzes (Plateau des Boloven, Laos)

Après ça, le bonze (moine) le plus âgé a fait une prière pour moi, me souhaitant bonne santé et vie éternelle. J’ai dû alors pratiquer le signe de prière ; les mains jointes devant le visage, puis posées à plat par terre,  trois fois de suite : une fois pour Bouddha, une fois pour je ne sais plus qui, et une fois pour les moines. Puis les moines nous ont offert le déjeuner, car ils ont décidé que j’étais leur invitée. Comme d’habitude, le repas se fait par terre. J’ai eu le droit de manger en même temps que les moines, mais pas à côté d’eux, alors que les autres villageois devaient attendre que les moines aient finir pour pouvoir manger.

Les moines (bonzes et novices) qui nous ont invitées à déjeuner (Plateau des Boloven, Laos)Avec Patty au moment du dessert : une sorte de gâteau de riz servi dans une feuille de bananier (Plateau des Boloven, Laos)

J’ai énormément apprécié ce que j’ai vu et appris pendant ces deux jours. Mais peut-être ai-je l’air un peu blasée, tout simplement parce que Patty et moi, ça n’a pas bien collé. J’ai eu l’impression de me faire un peu raquetter parce que je suis une falang, et puis elle avait pas mal de préjugés sur les Occidentaux, et je l’ai trouvée un peu fermée, et peut-être un peu timbrée aussi. Donc ça refroidit ce que j’ai pu vivre, parce que c’était dur de rester deux jours avec elle. Je n’ai pas le temps d’entrer dans les détails car le cybercafé va fermer.

Suite à ça j’ai rejoint Cynthia dans le village de Tat Lo, où j’ai passé trois jours dans une guesthouse faite de petits bungalows en bambou et toit de paille. Notre bungalow donnait sur la rivière, on avait des hamacs sur la terrasse, c’était vraiment relax.

La vue de mon bungalow à Tat Lo. Au fond, la cascade de Tat Lo, où on se baignait tous les jours (Laos)

Dans le coin on a visité d’autres villages animistes, on est allées voir plusieurs cascades, où on s’est même baignées. Il fait de plus en plus chaud au sud et l’eau était la bienvenue.

Cynthia et Murielle (une Suisse rencontrée sur place) sous la cascade (Tat Lo, Laos)Les paysages arides de Tat Lo (Laos)Vaches au bord de la route. Au Laos, les vaches font leur vie toutes seules (Tat Lo, Laos)Petites filles voulant échanger des herbes contre des biscuits (Tat Lo, Laos)Des WC abandonnés, au milieu du désert, vers Tat Lo (Laos)Femme du village venue nous offrir des bracelets dans notre guesthouse (Tat Lo, Laos)Dans les villages du sud du Laos, les gens nous donnent souvent des bracelets bouddhistes, pour nous souhaiter longue vie et bonheur (Tat Lo, Laos)

J’ai rejoint Pakse ce midi avec Cynthia, et on part demain matin très tôt en bateau sur le Mekong, pour rejoindre Si Phan Don (« 4000 îles ») à l’extrême sud du pays. Je vais rester là-bas pendant une petite semaine, car je dois quitter le Laos le 3 mars (date d’expiration de mon visa). A Si Phan Don, pas d’électricité, pas d’internet, je vais être Robinson Crusoé pendant quelques jours. Donc la prochaine news sera écrite du Cambodge, dès que je trouve un cybercafé sur ma route.

Autre chose : mon appareil photo vient de rendre l’âme (peut-être un court jus dans la batterie), je suis dégoûtée, mais je vais essayer d’en trouver un pas cher rapidement. En attendant, plus de photos… Je me contenterai de regarder et d’en prendre plein les yeux.
Ceci dit j’ai eu le temps de mettre en ligne les photos manquantes de Vang Vieng (elles sont affichées en tête de l’album « Vang Vieng – Vientiane »).

Je vais toujours aussi bien, cette expérience au cœur du Laos était un bonheur, et plus on descend au sud, plus l’atmosphère est détendue. C’est fou, c’est vraiment comme si le temps s’était arrêté. Comment peut-on être plus zen ? Et comment vivent-ils avec ce sourire alors qu’ils n’ont rien ? Ça donne à réfléchir. J’ai le cœur réchauffé, et la peau aussi, je commence vraiment à prendre de bonnes couleurs !!

Je vous envoie donc toute cette chaleur et cette énergie positive qui règne au Laos. En espérant qu’elles ne se perdent pas en route.
Merci pour vos commentaires et vos mails, je n’ai pas le temps de répondre mais je pense bien à vous.

Carte


 

Naviguez dans cette rubrique :

 
 
 

Il y a 3 commentaires »

  • Nathalie dit :

    Hello ma belle !

    J’ai reçu il y a quelques jours ta carte postale laung Prabang, je t’en remercie, j’étais toute contente de recevoir cette carte.

    J’ai vu que tu étais partie avec Patty, et que ça s’étita pas bien passéavec elle. Du coup, je suis désolée de t’avoir filé le contact. C’est vrai qu’elle est assez secrète et méfiante, mais je croyais que la sauce aurait pu prendre entre vous. Néanmoins, j’ai pu voir que tu avais fait des rencontres authentiques sur le plateau des Boloven.

    Les massages me manquent, je m’en ferais bien un en sortant du boulot pour quelques euros, mais c’est pas possible.

    Visiblement, tu as rencontré plein de gens, c’est super !!!

    Plein de bisous ! Et Eclate-toi sur Don det. Tu va avoir très chaud sur les chemins rocailleux !

    Si tu veux voir les dauphins dans le sud, vérifie qu’ils sont dans les parages avant de te faire embarquer dans une balade !!!

    A bientôt

    Nathalie

  • Fred dit :

    Il parait que tu envoies des cartes postales??? au cas où tu n’as pas mon adresse: 7 rue Volta, Apt 24, 75003 Paris; qqch avec de l’eau, du soleil et de la chaleur pour nous rappeler que le printemps va peut être enfin revenir.

  • Fred dit :

    Hello Marion,

    Profite bien de la plage et du soleil car il fait un temps de méga-chiottes à paris; ca promet pour le w-e. Sans compter qu’on se les pele. Quand je pense que tu vas rater tout cela, que tu vas revenir, que le printemps sera au rendez-vous avec un beau soleil et de la chaleur et tout cela grâce à toi, reviens nous vite!

    pour tous ici, je suis allé au Palais des Beaux-Arts (Petit Palais)à midi avant-hier et je recommande vivement d’y aller car le jardin intérieur est très très zenifiant (et en plus c gratuit).

Une réaction, une question ? C'est à vous !

Ce blog est compatible avec Gravatar. Pour créer votre propre avatar, rendez-vous sur le site Gravatar.